Compte-rendu de la réunion publique du député de la circonscription, Mr Jean-Louis Bourlanges, à Fontenay, le jeudi 3 Octobre

Compte-rendu validé par Mr Jean-Louis Bourlanges.

C’est dans une salle de l’église bien remplie que notre député, Jean-Louis Bourlanges est venu parler de divers sujets politiques actuels : PMA, CETA et élections européennes. Le premier sujet a été le plus développé. Vue la densité des sujets, peu de temps a été consacré à des échanges avec la salle.

Sur la PMA, M. Bourlanges fait un tour large des divers aspects du sujet, puis précise sa position personnelle. De façon générale, il partage le point de vue de Mme Agacinski. Dans un article de fond (Le Figaro, 3 juillet), il concluait en disant qu’il envisageait une « abstention d’impuissance ». Sa position a évolué depuis vers un vote contre. Le 27 septembre, il a voté contre l’article 1 de la loi bioéthique. Il précise, à ce propos, que c’est un faux procès fait aux parlementaires que de ne pas être présents en séance publique pour voter tous les articles d’une loi, ce qui interdirait aux parlementaires de remplir les autres devoirs de leur charge. Le principe de division du travail entre les membres d’un même groupe parlementaire est, à ses yeux, impératif.

Jean-Louis Bourlanges condamne la dissociation volontaire et organisée des deux fonctions constitutives de la parentalité : l’engendrement et l’éducation. Cette dissociation introduit une logique de marché dans la constitution de la famille or qui dit marché dit rapport qualité prix, donc en l’espèce risque de marchandisation et d’eugénisme.  Il s’inquiète d’autre part du déni apporté par la loi au droit des enfants à connaitre leurs origines. A ses yeux, on ne peut assimiler le géniteur à un simple “tiers donneur”. Le père génétique ne doit pas être le soldat inconnu de la reproduction.

C’est pourquoi il a l’intention de voter contre l’ensemble de la loi lors de la séance publique de l’Assemblée nationale mardi 15 octobre prochain.

Invité à s’exprimer sur le sujet par le député, notre Maire, Laurent Vastel a donné son point devue : il est médecin ; la PMA, ça existe déjà ; c’est donc comme lors du débat sur l’avortement : à partir du moment où ça existe, autant le sécuriser avec la médecine.

Sur le CETA, M. Bourlanges rappelle que le processus de négociation a été très long (trois présidents successifs : Sarkozy, Hollande, Macron). Il explique que les négociateurs ont fait un bon travail, et que les conséquences commerciales sont très favorables pour la France. Il a en conséquence voté pour. En réponse à une question, il dit ne pas craindre de dérives écologiques au Canada, et fait remarquer que cet accord permet de maintenir le Canada dans l’accord de Paris, alors que son grand voisin, et partenaire commercial central, en est sorti.

Sur les conséquences des élections européennes du 26 mai, il juge très positive la hausse, dans presque tous les pays, de la participation électorale ainsi que la substitution d’un quadripartisme majoritaire – PPE, socialistes, libéraux-démocrates, verts – au duopole PPE-socialistes de naguère. Au passage, il compare le fonctionnement du parlement européen avec celui du parlement français, au grand avantage du premier !

Sur le cas particulier de Mme Sylvie Goulard, candidate de la France à un poste de commissaire à la Commission de Bruxelles, et qui, précise-t-il, a reçu – au reste légalement -  340 0000 € en sus de son traitement de député européen pour un travail dont la nature et l’ampleur n’ont pas été précisés, il pense que même si la commission du Parlement qui va l’auditer finit par valider sa candidature, l’autorité du nouveau commissaire sera fortement atteinte.