Privatisation des Aéroports de Paris (ADP), un Fontenaisien a écrit à notre député, Mr Bourlanges, et discute le fond de l’affaire.

Suite à la décision du Conseil constitutionnel d’autoriser la mise en route d’une procédure de Référendum d’Initiative Partagée (RIP) à propos de la vente d’ADP, ci-joint un courrier envoyé par un Fontenaisien à son député en février, qui discute le fond de l’affaire :

Monsieur notre député,
Je pense que ce n’est pas une bonne idée que de vendre ADP à une société privée. Ayant passé 40 ans dans l’industrie
aéronautique comme ingénieur et cadre supérieur, je me permets de vous donner un avis.
1. ADP, 1er exploitant mondial d’aéroport (Les Echos du 15 février), est une entreprise d’importance vitale pour le pays: c’est une
clef du tourisme pour la ville de Paris et la base principale d’Air France. La gestion des créneaux de vols et des taxes
d’atterrissage, bien sûr avec la DGAC, sont des éléments critiques pour Air France. La fin de l’A380 décidée par Airbus est une
illustration de cette bagarre sur les créneaux: si Emirates, client principal pour l’A380, a décidé d’annuler un certain nombre de
commandes pour cet avion, c’est très certainement parce que l’Etat lui a refusé des nouveaux créneaux en France, bien sûr à la
demande d’Air France et de son nouveau patron. Ce que ne dit plus la presse bien sûr!
2. ATP va devoir se développer encore dans les années à venir. On parle actuellement de la construction d’une nouvelle
aérogare, qui suscite déjà des polémiques avec les riverains. Il paraît évident que l’opinion sera beaucoup moins encline à
autoriser cette construction au bénéfice d’une société privée, plutôt qu’a un opérateur public. Voir ce qui s’est passé à Notre
Dame des Landes. Par ailleurs ces extensions sont un facteur primordial de développement comme on peut le constater avec
Londres Heathrow, bloqué dans son expansion à deux pistes par les riverains. Pour info, CDG dispose de quatre pistes
parallèles. On peut aussi noter qu’Heathrow est la destination la plus importante des A380. Et pourquoi donc?
3. Je n’aurais pas la méchanceté de rappeler l’exemple pitoyable bien connu des négociations avec les autoroutes. Négociations
dans lesquelles Emmanuel Macron lui-même s’est fait piéger avec Ségolène en acceptant des prolongations déraisonnables…
On peut aussi citer aussi le pataquès de l’aéroport de Toulouse dans lequel un gouvernement avait promis la majorité à terme à
un chinois, promesse qu’heureusement un autre gouvernement a refusé d’honorer. Ce qui a conduit ledit chinois à sortir … avec
une belle plus-value!
4. La réalité économique fait qu’aucune entreprise privée n’est capable de planifier des investissements à aussi long terme (on
parle de 60 ans) sauf exceptions évidemment (mines, énergie). Pour des projets de très long terme, seul l’État a la capacité à
prendre le risque, parce qu’il dispose des moyens de changer le contexte. L’Etat est aussi son propre assureur. Et donc dans une
négociation entre une entreprise privée et l’État sur des échéances aussi longues, la société privée va mettre – pour légitimement
défendre son intérêt et prendre des marges pour les aléas – tellement de garde-fous et de protections que l’État ne pourra jamais
s’y retrouver. Toutes les clauses de revoyure périodique et de pression sur les prix que l’on peut imaginer n’ont aucune chance de
permettre de conclure un deal. Il ne faut pas oublier que dans l’entreprise privée il y a des comptes à rendre, et que nos
fonctionnaires et nos politiques changent suffisamment rapidement pour ne pas avoir à assumer les décisions auxquelles ils ont
contribué. En ce sens, ils ne peuvent pas être vraiment accountable. Cela n’enlève rien à leur qualité, ni à leur génie à inventer
des moutons à cinq pattes pour convaincre leurs ministres. Hélas!
5. Il s’agit d’une promesse de campagne… Donc c’est sacré! On peut voir cette promesse de deux façons. D’un côté, il y a le
souci de donner à une entreprise française du BTP majeure une assise financière avec des ressources stables et prévisibles. En
quelque sorte il s’agit – et c’est positif – de la renforcer dans le concurrence internationale. De l’autre on peut imaginer la volonté
de dédommager VINCI du fiasco de Notre Dame des Landes… Mais au fait, la limitation à 80 km/h était-elle une promesse de
campagne?
Je me tiens à votre disposition pour tout complément.
Cordialement.
Michel Bayet

Après le Grand Débat National, le GDLV (Grand Débat Laurent Vastel)

Après avoir participé mollement au Grand Débat National, et l’avoir finalement saboté, Laurent Vastel lance son GDLV …

A la fin décembre, les Maires ont été invités par le Président de la République à organiser des débats, pour connaître le sentiment des citoyens dans le contexte des manifestations des Gilets jaunes. Bien sûr, cette demande n’avait aucun caractère obligatoire. Et les élus LR du 92 n’ont pas souhaité y répondre positivement : « oui, aux cahiers de doléances dans toutes les villes LR, non à l’organisation de débats par les municipalités »[1]. A la demande d’un élu qui souhaitait que « des cahiers soient ouverts en mairie », Laurent Vastel répondait : « les personnes qui n’ont pas internet peuvent tout à fait venir à l’hôtel de ville et utiliser les ordinateurs de la mairie »[2]. J’ai moi-même effectué cette démarche, et je me suis trouvé en face d’une personne de l’accueil de la ville, toute gênée de m’inviter à passer dans la pièce voisine pour utiliser un ordinateur de la ville…

Quant au débat, après avoir déclaré qu’il n’en organiserait pas, il s’est senti obligé lors de la conférence de notre député (21 janvier, à Fontenay) de changer d’avis. Mais en précisant bien que ce ne serait pas lui qui animerait la réunion. La réunion a donc eu lieu le samedi 16 février, animée par un professionnel, qui promettait de faire parvenir le compte-rendu aux personnes inscrites. Suite à une relance dans Les nouvelles de Fontenay du 19 mars[3], le compte-rendu a été finalement diffusé. Mais il n’a jamais été transmis aux autorités : « Le compte-rendu de la réunion du Débat National organisé par la Mairie vient d’être publié, mais n’apparaît pas sur le site du Débat National : pourquoi ? » titraient le 25 mars Les Nouvelles de Fontenay. Les cent personnes qui se sont déplacées le 6 février sont-elles ravies que  leur travail soit aussi cavalièrement jeté à la poubelle… Est-ce là la conception de la démocratie participative de Laurent Vastel ?

Depuis la semaine du 1er avril, on nous distribue un tract (Tract Vastel (questionnaire) intitulé Ensemble, continuons à imaginer Fontenay Demain, (dans lequel Laurent Vastel nous invite à une « consultation sur [nos] attentes, [notre] vision et [nos] propositions pour les élections municipales de 2020. Ce tract comporte une liste de question – assez pauvres du reste – et invite à une réunion le 19 juin pour la restitution du Grand Débat Laurent Vastel. Laurent Vastel aurait-il, entre le 16 février et le 1er avril, changé d’avis sur les vertus du débat[4] ? Ou bien s’agit-il d’un pur exercice de comm ? Comme d’habitude ! Venez-donc nombreux le 19 juin pour avoir la réponse !

D’un point de vue civique, on peut s’étonner qu’à la veille des élections européennes – cruciales pour le pays – Laurent Vastel ne s’intéresse qu’à sa – modeste – réélection, qui n’aura lieu – peut-être – que dans un an.

Michel BAYET


[1] Le Parisien du 14 janvier

[2] Le Parisien du 10 janvier

[3] Pourquoi n’y a-t-il pas eu de compte-rendu de la réunion du Débat National organisé par la Mairie le 16 février ?

[4] N’oublions pas le ‘débat’ sur l’aménagement de la Place de Gaulle…

Récit et remarques sur la « Faites » de la Propreté du samedi 13 Avril 2019 : nettoyage participatif et ateliers pédagogiques

Samedi 13 avril 2019, les Fontenaisiens ont été nombreux à participer au grand nettoyage dans les quartiers qui a permis de récolter 241 kg de déchets.

14 heures – 15 Heures 30 : grand nettoyage participatif avec les comités d’habitants

Dans chaque quartier, des membres des comités d’habitants, des élus et des Fontenaisiens ont participé à ce ramassage des déchets dans les rues.

Le trajet avait été défini par les Comités d’habitants.

Le nombre de participant a beaucoup augmenté par rapport à l’an dernier. Les écoles étaient informées ainsi que les scouts. Des tracts avaient été distribués par les Comités d’habitants.

Par exemple, pour le quartier Ormeaux-Renards (en 2018 et en 2019)

 

Crédit photos : Emmanuel Infanti

Quelques photos du ramassage

Même si les rues avaient l’air propres, on a trouvé des quantités de déchets, comme les mégots, des mouchoirs, des gobelets en plastique, des paquets de gâteaux, des sachets plastiques de compotes, des morceaux de verre, etc…

Les quantités ramassées ont été de 1 à 3 kg par personne. Au total, 241 kg.

Tous les groupes se sont rassemblés au Parc Ste Barbe pour une pesée globale et rendre le matériel (gants, sacs, pinces) fournis par la mairie.

Quelques remarques sur le ramassage :

  • Ce ramassage a eu lieu sur 1 heure et demi, mais il pourrait avoir lieu sur 2 heures puisqu’il faut retourner au Parc Ste Barbe.
  • Ce ramassage participatif pourrait avoir lieu plus souvent, à la demande de certains participants
  • Il a permis d’aller dans des endroits où il permet de repérer des accumulations de déchets, des encombrants, des vélos, motos abandonnées.

De 14 heures  à 18 heures  : Animations et ateliers pédagogiques et ludiques au Parc Sainte-Barbe :

- Atelier sur le recyclage de mégots par GreenMinded (association zéro-mégot) : http.www.greenminded.fr

- Stand sur « les règles pour bien composter » par Compostory: Ce stand était animé par Mr Jacques Fasquel, pionner du compost, formateur en prévention des déchets et mise en place de dispositifs de compostage. 

Il vient d’éditer un livre sur « Composter en ville » disponible actuellement chez Rustica.

Pour en savoir plus :  http://compostproximite.blogspot.fr/

- Sensibilisation au tri des déchets et au compostage par Vallée Sud-Grand Paris

- Distribution de compost et de broyat par le service des Espaces verts de la Ville.
- Animations du Syctom et Pik Pik : brico récup’
- Nos habitants s’engagent ! Ateliers et expositions de Fontenaisiens (atelier tri, exposition sur le cycle de l’eau…)
- Stand « vestiboutique » de la Croix-Rouge
- Présentation du concept de jardins partagés par l’association Nos potagers : Cette association fait aussi de l’échange de graines. E-mail : nospotagers.92260@gmail.com
16h30 : Projection-débat dans la salle de l’Eglise

Dans « Trois secondes pour la planète », Eric Brac de la Perrière (ancien directeur d’Eco-Emballages) lance un appel pour relancer la collecte et le tri en ville.

Un MOOC sur la gouvernance partagée

Avec le mouvement des Colibris, l’Université du Nous (UdN) a développé un MOOC ( formation en ligne ouverte à tous) sur la « gouvernance partagée ».

Si intelligence collective, sociocratie, décision par consentement, élection sans candidat, etc. sont des mots qui vous intriguent et/ou que vous souhaitez mieux appréhender, alors vous serez peut-être intéressé par ce MOOC dont la 2e édition vient de démarrer.

En accès libre, et gratuit, cette formation peut être suivie individuellement mais des outils sont également proposés pour aborder le sujet de façon collective.

Concrètement :

- pour en savoir plus et s’inscrire c’est par ici : https://colibris-universite.org/ (date limite le 05/06/2019)

- le MOOC est composé de 12 modules d’environ 1h chacun dont une partie est déjà disponible.

- pour une formation en groupe, des kits sont proposés avec des propositions d’exercices en lien avec les contenus, prêts à l’emploi, ou à adapter à notre guise. Le nombre de rencontres dépend de la durée choisie, il faut compter 6 à 8h minimum sur 3 mois. Voici des exemples d’organisation proposés par l’UdN :

  • 1 rencontre d’1h par semaine, ce qui permet de faire 1 à 2 exercices de groupe par semaine.
  • 1 rencontre par mois (avril, mai, juin) d’environ 2 à 3h, notamment pour pouvoir faire des exercices plus longs / plus complexes.
  • 3 rencontres en soirée de 2h pleines d’ici juin
  • 1/2 journée de rencontre en présentiel une fois par mois (avril, mai, juin) et 1h00 de vidéoconférence les autres semaines.

Un groupe est en cours de constitution pour suivre ce MOOC collectivement et une première réunion est prévue jeudi 11 avril à 20h pour découvrir davantage de quoi il s’agit et définir comment organiser cette aventure collective.

Si vous êtes intéressé.e, contactez Dominique Dupuis : dominique.dupuis2@gmail.com

Le Compte-rendu de la réunion du Débat National organisée par la Mairie vient d’être publié, mais n’apparaît pas sur le site du Débat National : pourquoi ?

Découvrez la restitution du grand débat du 16 février (PDF) qui a rassemblé plus d’une centaine de Fontenaisiens et une dizaine d’élus. Ce document est également feuilletable en ligne.

Vous y trouverez les propositions individuelles et des groupes qui ont été formulées lors de ce débat autour de la fiscalité et des dépenses publiques, de l’organisation de l’Etat et des services publics, de la démocratie et la citoyenneté, et de la transition écologique.

La ville s’est inscrite sur le site du Grand Débat et le règlement stipule qu’il doit y avoir un compte-rendu qui sera mis sur le site du Grand Débat :  https://granddebat.fr/

Les participants qui s’étaient inscrits l’ont bien reçu par mail.

Par contre, ce compte-rendu n’a pas été mis sur le site du Débat National, comme cela était demandé par le règlement. On peut consulter les compte-rendus des réunions organisées, voici le lien sur le site du Grand Débat (le classement est fait en fonction du code postal de la ville de réunion) : https://granddebat.fr/pages/comptes-rendus-des-reunions-locales

Il y a eu un compte-rendu pour des débats organisés par des  villes voisines: Montrouge, Meudon,  Antony, Bagneux, Malakoff, Chatenay-Malabry, Vanves.

A quoi servira donc ce compte-rendu s’il n’est pas sur le site du Grand Débat ?

Les propositions faites pourront cependant servir au niveau local, pour la liste élue et aussi les futures listes pour les municipales de 2020.

Voici quelques une des propositions qui sont faites :

  • Plus de démocratie participative
  • Développer le référendum municipal pour les décisions locales
  • Former les citoyens, stages citoyen en collège et en lycée
  • Création d’un Conseil Citoyen Intercommunal pour des actions précises
  • Culture du consensus citoyen
  • Rétablir le lien Député/ peuple en renforçant les échanges et les débats collectifs
  • Etablir un vote de confiance en cours de mandat municipal
  • Associer des citoyens tirés au sort à chaque grand projet municipal (> 500 k€)
  • Institutionnaliser les compte-rendus de mandat pour le Maire et les députés en dialoguant avec les citoyens
  • Mettre la viande en option dans la restauration scolaire et responsabiliser les enfants (gaspillage, cout écologique…)
  • Développer les circuits courts et former les consommateurs à la frugalité écologique
  • Mettre en avant les porteurs de projets favorisant la transition écologique

« Ateliers Fontenaisiens » : atelier thématique le mercredi 27 mars à 20h30 salle de l’Église

Le 1er atelier Fontenaisien dont le thème était « Comment imaginez-vous Fontenay demain » s’est réuni le 16 février dernier au restaurant « Le Colibri ».

Le prochain atelier thématique

« Faire de Fontenay une ville dynamique, conviviale et attractive »

se tiendra le mercredi 27 mars à 20h30, salle de l’Église, 3 place de Église

L’adresse du blog « ateliersfontenaisiens » est le suivant : http://www.ateliersfontenaisiens.fr

Pourquoi n’y a -t’il pas eu de compte-rendu de la réunion du Débat National organisée par la Mairie le 16 Février ?

Pour participer à ce Débat, il fallait s’inscrire en ligne et donner son adresse mail.

La ville s’est inscrite sur le site du Grand Débat et le règlement stipule qu’il doit y avoir un compte-rendu qui sera mis sur le site du Grand Débat :  https://granddebat.fr/

Cela a été dit au moment de l’inscription, puis au moment du débat et cela apparait encore sur le site de la ville : https://www.fontenay-aux-roses.fr/15-3236/fiche/le-grand-debat-national-un-cahier-de-doleances-a-votre-disposition.htm : Vous recevrez ensuite le compte-rendu de la réunion par mail

Chaque groupe de travail a fait une restitution. Chaque participant pouvait aussi faire une proposition sur une fiche séparée. Ces propositions ont été collectées et devaient être conservées et mises en forme. 

La date limite de dépôt d’un compte-rendu a été fixée au 18 mars 2019

Pour consulter les compte-rendus des réunions organisées, voici le lien sur le site du Grand Débat (le classement est fait en fonction du code postal de la ville de réunion) : https://granddebat.fr/pages/comptes-rendus-des-reunions-locales

Il y a eu un compte-rendu pour des débats organisés par des  villes voisines: Montrouge, Meudon,  Antony, Bagneux, Malakoff, Chatenay-Malabry, Vanves, 

Il n’est pas trop tard pour mettre sa contribution sur le site du Grand Débat National (jusqu’au 15 Mars pour s’inscrire)

Il y a actuellement un site internet qui donne les thématiques, les questions, les règles de fonctionnement : https://granddebat.fr/

Pour chaque thématique, vous pouvez télécharger le document qui donne l’état des lieux, les enjeux du débat, les questions auxquelles vous pouvez répondre si vous faites une contribution. Vous pouvez en plus rajouter vos questions et vos propositions.

- Organisation de l’État et des services publicshttps://granddebat.fr/pages/organisation-de-letat-et-des-services-publics

- Fiscalité et dépenses publiques : https://granddebat.fr/media/default/0001/01/9f274af973308f59a2048947cc2811c14a7ebdab.pdf

- Transition écologiquehttps://granddebat.fr/pages/transition-ecologique

- Démocratie et citoyenneté : https://granddebat.fr/pages/democratie-et-citoyennete

Comment apporter sa contribution sur le site du GDN ?

Il faut s’inscrire avec une adresse mail valide et un mot de passe (en haut à gauche)

Vous pouvez aussi répondre aux questions rapides sur chaque thème : https://granddebat.fr/pages/repondre-aux-questions-rapides-du-grand-debat

Vous pourrez, sans vous inscrire, consulter les contributions même après le 15 Mars : https://granddebat.fr/pages/bienvenue-sur-lespace-de-contributions