Coronavirus : le point sur la situation à Fontenay-aux-Roses (23/03/2020)

Source : site de la ville : https://www.fontenay-aux-roses.fr/15-3683/fiche/covid-19-le-point-sur-la-situation-a-fontenay-aux-roses.htm

Services municipaux

Les services municipaux sont fermés au public jusqu’à nouvel ordre. Une permanence téléphonique est joignable du lundi au vendredi de 8h30 à 12h et de 14h à 17h au 01 41 13 20 00).

Les services essentiels sont maintenus :

> Accueil administratif (accueil réduit)

> Etat civil

Le service est maintenu mais toutes les démarches relatives aux mariages, PACS, baptêmes républicains, délivrances de livrets de famille et demandes de changement de prénom sont annulées jusqu’à nouvel ordre.
Le service de délivrance des CNI / passeports est également suspendu jusqu’à nouvel ordre. Les demandes de titre ne pourront être traitées qu’à titre tout à fait exceptionnel.
Les titres en cours d’acheminement sont stockés de manière sécurisée en mairie dans l’attente que leurs futurs détenteurs soient de nouveau autorisés à se déplacer.

> CCAS

Accueil téléphonique uniquement au 01 41 13 20 75. Les services essentiels son maintenus : portage de repas, transports de personnes à mobilité réduite et aides à domicile.
Retrouvez toutes les informations sur les lieux d’accueil, les centres de PMI et les Services de Solidarité Territoriale ouverts et prêts à accueillir des publics entre 8h30 et 13h00 sur le site du Département : https://www.hauts-de-seine.fr/coronavirus  En cas d’urgences sociales, les usagers sont invités à contacter les lieux d’accueil de proximité aux numéros suivants : 01 55 48 03 30 / 01 78 16 69 00 / 01 55 59 44 00. Pour la PMI : 0 806 0000 92 (tapez 1).

> Logement

Privilégier le contact par mail logement@fontenay-aux-roses.fr

> Centre municipal de santé Simone Veil

Le CMS propose des consultations de médecins généralistes sur place ou au téléphone. Tél. : 01 46 61 12 86. La majorité des médecins généralistes de la ville poursuivent leurs consultations en cabinet et proposent des consultations téléphoniques.

> Services techniques (propreté, voirie…)

> Police municipale

Le service Vie associative est fermé mais les associations peuvent le contacter par e-mail à l’adresse suivante : vieassociative@fontenay-aux-roses.fr

Equipements fermés au public

Sont fermés :

> les crèches, les établissements scolaires et les accueils de loisirs
> les salles municipales, les équipements culturels, sportifs et jeunesse
> les équipements sportifs extérieurs (voir la liste complète)
> le cimetière
> les parcs de la ville

Jusqu’au 31 mars, la circulation est interdite sur la promenade des vallons de la Bièvre (Coulée verte) sur le territoire de Fontenay-aux-Roses.

Collecte des déchets

La collecte des déchets est maintenue. Le service de ramassage des encombrants à la demande est suspendu. En cas de question ou réclamation, vous pouvez contacter Vallée Sud – Grand Paris par mail : infodechets@valleesud.fr

DECHETS SAUVAGES : Faisons preuve de civisme ! Il est strictement interdit de déposer des encombrants ou dépôts sauvages.

Commerces

Les commerces d’alimentation, les pharmacies et le marché (mardi, jeudi et samedi) restent ouverts. C’est également le cas d’autres activités commerciales telles que définies par l’arrêté du 15 mars 2020. Consultez la liste des commerces ouverts au 23 mars (pensez à appeler avant de vous déplacer).

=> Le magasin Camara photo, il est bien naturellement fermé,  mais comme indiqué sur sa vitrine, le site national : https://www.camara.net/fontenay-aux-roses

continue son activité et assure la livraison à domicile exceptionnellement sans frais, sans minimum de commande, parmi plus de 12000 articles photo/vidéo.

Camara étant une coopérative (une centaine de magasins), chaque commande est une vente du magasin local et contribue ainsi à faire vivre ce commerce de proximité.

Par ailleurs une permanence téléphonique aux jours et heures d’ouverture habituels, est assurée au n° du magasin : 01.41.87.97.00

Attention : n’oubliez pas votre attestation de déplacement dérogatoire (version accessible aux personnes déficientes visuelles) pour faire vos courses !

La Poste

Le bureau de Poste (rue Boucicaut) et l’agence postale communale sont fermés jusqu’à nouvel ordre. Pour les opérations bancaires urgentes uniquement, les bureaux de Poste de Sceaux (rue Houdan) et du Plessis-Robinson (8 grande rue) sont ouverts du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h. Aucun retrait de colis ou de recommandé n’est possible.

Les boîtes aux lettres installées sur la ville de Fontenay-aux-Roses sont relevées une fois par jour.

Stationnement

Le stationnement est exceptionnellement libre sur les zones réglementées (zones bleue et verte). Pour autant, il est conseillé aux usagers de respecter le code de la route (places PMR, stationnement gênant…).

Plus d’informations : https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus

La Ville de Fontenay-aux-Roses continuera à communiquer régulièrement :

- via le site internet de la Ville : https://www.fontenay-aux-roses.fr/

- Facebook : https://www.facebook.com/Fontenay.aux.Roses/

- Twitter : https://twitter.com/fontenay92

Coronavirus : nouvelles mesures avec le confinement (mis à jour le 19/03/2020)

Services municipaux

Les services municipaux sont fermés au public jusqu’à nouvel ordre. Une permanence téléphonique est joignable du lundi au vendredi de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h au 01 41 13 20 00).

Les services essentiels sont maintenus :

> Accueil administratif (accueil réduit)
> Etat civil
> CCAS (accueil téléphonique uniquement au 01 41 13 20 75) : portage de repas, transports de personnes à mobilité réduite et aides à domicile
> Logement (privilégier le contact par mail logement@fontenay-aux-roses.fr)
> Centre municipal de santé Simone Veil (accueil réservé aux urgences)
> Services techniques (propreté, voirie…)
> Police municipale

A noter : Toutes les célébrations de mariage et de pactes civils de solidarité seront reportées. 

Equipements fermés au public

Sont fermés :

> les crèches, les établissements scolaires et les accueils de loisirs
> les salles municipales, les équipements culturels, sportifs et jeunesse
> les équipements sportifs extérieurs (voir la liste complète)
> les parcs de la ville

Collecte des déchets

La collecte des déchets est maintenue. Le service de ramassage des encombrants à la demande est suspendu.

En cas de question ou réclamation, vous pouvez contacter Vallée Sud – Grand Paris par mail : infodechets@valleesud.fr

DECHETS SAUVAGES :  Il est strictement interdit de déposer des encombrants ou dépôts sauvages sur les trottoirs

Commerces

Les commerces d’alimentation, les pharmacies et le marché (mardi, jeudi et samedi) restent ouverts.

C’est également le cas d’autres activités commerciales telles que définies par l’arrêté du 15 mars 2020.

Consultez la liste des commerces susceptibles d »être ouverts au 19 mars (pensez à appeler par Téléphone avant de vous déplacer).

Attention : n’oubliez pas votre attestation de déplacement dérogatoire pour faire vos courses !

La Poste

Le bureau de Poste (rue Boucicaut) et l’agence postale communale sont fermés. Pour les opérations urgentes, le bureau de Poste de Sceaux (rue Houdan) est ouvert. Consultez les horaires sur www.laposte.fr

Stationnement

Le stationnement est exceptionnellement libre sur les zones réglementées (zones bleue et verte). Pour autant, il est conseillé aux usagers de respecter le code de la route (places PMR, stationnement gênant…).

Déplacement autorisés :

Des dérogations sur attestation seront possibles dans le cadre de :

  • déplacements entre le domicile et le lieu d’exercice de l’activité professionnelle,
    lorsqu’ils sont indispensables à l’exercice d’activités ne pouvant être organisées
    sous forme de télétravail (sur justificatif permanent) ou déplacements
    professionnels ne pouvant être différés ;
  • déplacements pour effectuer des achats de première nécessité dans des
    établissements autorisés (liste sur gouvernement.fr) ;
  • déplacements pour motif de santé ;
  • déplacements pour motif familial impérieux, pour l’assistance aux personnes
    vulnérables ou la garde d’enfants ;
  • déplacements brefs, à proximité du domicile, liés à l’activité physique individuelle
    des personnes, à l’exclusion de toute pratique sportive collective, et aux besoins
    des animaux de compagnie.

Plus d’informations : https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus

La Ville de Fontenay-aux-Roses continuera à communiquer régulièrement :

- via le site internet de la Ville : https://www.fontenay-aux-roses.fr/

- Facebook : https://www.facebook.com/Fontenay.aux.Roses/

- Twitter : https://twitter.com/fontenay92

Elections du 15 et 22 Mars : vous allez voter pour les municipales, mais aussi pour les élus au Conseil Communautaire du Grand Paris

Dans le bulletin de vote, il y aura le nom de 2 conseillers communautaire du Grand Paris  Vous les choisirez en même temps que les élus à la commune. En général, il y a le Maire et un adjoint, même quelques fois le premier adjoint.

Création de la métropole du Grand Paris et du Territoire Vallée Sud Grand Paris (VSDP)

Le Grand Paris est un projet visant à transformer l’agglomération parisienne en une grande métropole mondiale du xxi ème  siècle, afin d’améliorer le cadre de vie des habitants, de corriger les inégalités territoriales et de construire une ville durable.

Ce projet, imaginé et promu par le président de la République Nicolas Sarkozy dès 2008, prévoit la création de la grappe industrielle technologique Paris-Saclay dans la région du plateau de Saclay, à vingt kilomètres au sud de Paris.

Le projet est aussi institutionnel. Il s’agit de créer une structure de gouvernance entre Paris et son agglomération dense, la métropole du Grand Paris.

La métropole du Grand Paris, qui regroupe, aux termes du projet de loi de «modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles» adopté par le parlement en décembre 2013, les communes de Paris, des départements des Hauts-de-Seine, de Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne et certaines communes des départements de la grande couronne parisienne.

La création de cette métropole à statut particulier a lieu le 1er janvier 2016, date à laquelle sont remplacées l’ensemble des communautés de communes et communautés d’agglomération concernant ces communes par des établissements publics territoriaux.

La métropole du Grand Paris est composée de 12 territoires de 400 000 habitants environ.

Fontenay-aux-Roses se trouve au centre du territoire « Vallée Sud Grand Paris » qui compte au total 11 communes : Malakoff, Montrouge, Clamart, Châtillon, Bagneux, Fontenay-aux-Roses, Bourg-la-Reine, Le Plessis Robinson, Sceaux, Châtenay-Malabry et Antony.

Site internet du Territoire Vallée Sud Grand Paris : https://www.valleesud.fr/fr/accueil

Quelles sont les compétences de Vallée Sud – Grand Paris ?

Les territoires ont le statut d’établissements publics territoriaux (EPT) et auront progressivement les compétences suivantes :

  • La politique en faveur de l’emploi
  • Le développement économique, l’aménagement et la politique locale de l’habitat pour la partie non déclarée d’intérêt métropolitain
  • La politique de la ville
  • Les transports
  • Le logement étudiant
  • La gestion des déchets ménagers et assimilés
  • L’eau
  • L’assainissement
  • L’éclairage public, la signalisation lumineuse tricolore, la pose et la dépose des motifs d’illumination de fin d’année
  • Le Plan Local d’Urbanisme Intercommunal
  • La Défense Extérieure Contre l’Incendie (DECI)
  • La gestion des équipements sportifs aquatiques (piscines)
  • La gestion des équipements culturels : conservatoires, médiathèques et bibliothèques, théâtres et cinémas
  • L’organisation et le financement d’évènements culturels à rayonnement territorial
  • Le Plan Climat Air Énergie Territorial (PCAET)
  • L’action sociale au travers du Centre Local d’Information et de Coordination gérontologique

=> Toutes ces compétences ne sont pas automatiquement mises en œuvre. Elles le sont à la demande de chaque commune.

Qui sera élu au Territoire ?

Auparavant, depuis 2005, Fontenay aux Roses faisait partie de l’agglomération des communes : agglo Sud de Seine, avec les communes Bagneux, Clamart et Malakoff.

Lors des élections municipales, on élisait également les représentants à l’agglomération, sur un bulletin séparé, ce qui permettait de faire des choix différents.

Pour le Territoire, il n’y a pas d’élection au suffrage direct, mais les 4 élus sont désignés par un vote du Conseil Municipal. Chaque maire est vice-président du Territoire. Pour les autres élus ne sont pas forcément des élus de la majorité. 

En décembre 2015, à Fontenay, le maire, Laurent Vastel, après un vote, a obtenu que   les élus soient tous de la majorité.

Le bureau territorial, quant à lui, se compose de 12 élus incluant le Président et plusieurs Vice-présidents, chaque élu délégué ayant une thématique particulière.

Quels sont les services et les équipements de Fontenay qui ont été transférés au Territoire ?

  • La collecte des déchets et des encombrants (depuis 2005)
  • La lutte contre les pollutions, l’assainissement (depuis 2005)
  • L’éclairage public (depuis 2010)
  • L’emploi et l’insertion (depuis 2010)
  • Le Centre Local d’Information et de Coordination gérontologique (CLIC)
  • Le Théâtre des Sources et le cinéma Scarron (depuis 2007)
  • La Maison de la Musique et de la Danse (depuis 2007)
  • La piscine (depuis 2007)
  • Voirie d’une vingtaine de rues (2019)

=> Le personnel affecté à ces équipements sont transférés au Territoire. Leurs salaires sont reversé par les communes.

Par contre, les travaux et les investissements sont à la charge de la commune, mais peuvent être financés en partie par le Département, le Territoire et d’autres comme la région.

Régime fiscal et budget du Territoire

Le Territoire perçoit la cotisation foncière des entreprises (CFE), l’une des composantes de la fiscalité économique des entreprises. Cette cotisation a remplacé la taxe professionnelle.

Entre les communes, il y a un Fonds de Compensation pour les communes moins riches.

Complication, dévitalisation du pouvoir municipal, déni de démocratie

=> La plupart des citoyens ne sont pas au courant de ce subtil partage des compétences et tiennent toujours le maire pour responsable

Les élus municipaux considèrent souvent l’intercommunalité comme une strate administrative et bureaucratique d’autant plus irritante que sa mécanique est opaque : la plupart ignorent ce que font les intercommunalités, qui sont les personnes qui les gèrent.

=> Il n’y a pas de programme intercommunal ni de réelle campagne, alors que beaucoup de choses dépendent maintenant de cet échelon.

Quel citoyen connaît le président de son intercommunalité, ou les conseillers communautaires représentant sa commune ?

Malgré ces imperfections, la tendance de fond reste à la dévitalisation du pouvoir municipal et à la montée de l’intercommunalité, car il y a soi-disant des économies d’échelle.

=> C’est sans compter sur le besoin de politique de proximité qui s’est fait entendre ces derniers mois, notamment avec la crise des « gilets jaunes ». Le maire et ses conseillers municipaux tiennent par excellence un mandat d’écoute.

Par exemple :

-        Chargée du ramassage des ordures, l’agglomération a changé de mode de collecte. Les vieux bacs de ramassage ont été retirés, mais les nouveaux ont mis 10 jours à arriver. Résultat : les gens laissaient leurs poubelles sur les trottoirs, la ville était répugnante. Furieux, ils traitaient le maire de bon à rien. Ils étaient indifférents au fait que l’agglomération était responsable

-        Demandes de travail ou de logement, la plupart des doléances des citoyens dépassent largement leurs pouvoirs. Mais qu’importe, en cas de problème, les gens ont besoin d’un interlocuteur humain, pas de la hot line d’une intercommunalité.

=> A l’élu local de passer ensuite le message à l’échelon compétent intercommunalité,   département ou région.

=> La future loi « Engagement et proximité » assouplit la loi « Notre » : rééquilibrage du rôle des maires dans les intercommunalités, renforcement de leur pouvoir de police…

Le meilleur déchet, c’est celui qu’on ne produit pas !

Poursuivre un objectif zéro déchet suppose de mettre en œuvre les 5R[1], Refuser, Réduire, Réutiliser, Recycler et Rendre à la terre. Se contenter comme aujourd’hui d’améliorer le traitement des déchets existants ne permet pas de répondre aux enjeux de pollutions liées aux déchets[2]ni à ceux de surexploitation des ressources[3]. La situation actuelle est une opportunité, tout autant qu’une nécessité, pour revoir entièrement notre manière de produire et de consommer. Pour cela, il nous faut élire des candidats qui sont prêts à impulser une politique ambitieuse, en rupture avec ce qui se fait actuellement.

La question des déchets est essentielle. Nous sommes aujourd’hui dans un système linéaire qui extrait des ressources de la terre, renouvelables ou non, les transforme et les disperse dans des produits, bâtiments, etc. qui finiront en déchets.

Le recyclage, même si on fait du mieux possible restera très insuffisant. Tous les matériaux ne sont pas recyclables et, par exemple, les composants des smartphones sont tellement petits et dispersés, qu’il est impossible de récupérer tous les métaux qui ont servis à sa fabrication. Par ailleurs, le recyclage détériore la qualité du produit et le nombre de cycles successifs est limité ; 7 à 10 fois pour le papier par exemple. Beaucoup de produits ne peuvent pas être recyclés pour le même usage. C’est le cas des bouteilles en plastique qui seront transformées en revêtements pour le sol, tuyaux, fibres textiles… Enfin le recyclage demande de l’énergie, pour transporter les déchets, parfois loin, et les traiter (faire fondre le verre par exemple).

Nous surexploitons les ressources naturelles renouvelables qui n’ont pas le temps de se renouveler et nous polluons ou détruisons de plus en plus rapidement les écosystèmes qui permettent leur régénération : plastique dans les rivières et les océans[4], artificialisation galopante des sols….

Ainsi, de plus en plus de métaux et matières premières diverses risquent de nous manquer dans les prochaines décennies. Notre planète ne nous permet pas de continuer à vivre comme nous le faisons aujourd’hui.

Vous l’avez compris, travailler la question des déchets ne doit pas se limiter au traitement des ordures ménagères comme le fait aujourd’hui le territoire Vallée Sud – Grand Paris. D’autres scénarios sont possibles pour créer une dynamique vers une économie circulaire en s’intéressant également à l’offre des acteurs économiques et à nos modes de consommation. Le rôle des collectivités est alors de créer les conditions de mobilisation des acteurs, entreprises, commerçants, associations, citoyens, pour construire une nouvelle trajectoire de développement du territoire.

Dans les programmes des candidats aux élections municipales de Fontenay, on trouve des propositions de repair café, de réduction de l’usage du plastique dans les cantines ou la promotion du réemploi. Pour avoir des effets réels, ces premiers pas doivent s’inscrire dans un projet plus large mais, sauf pour la liste « Un temps d‘avance pour Fontenay » qui affiche clairement un objectif de « gestion sobre de l’ensemble des ressources et biens consommés dans notre commune », je peine à les identifier au-delà des têtes de chapitre, Environnement, Ecologie, Développement Durable.

Si on veut savoir si les candidats ont une réelle ambition d’impulser une transition écologique pour notre ville, il est pourtant important de connaître d’une part quels objectifs soutiennent cette ambition et d’autre part, si et comment ils envisagent de mobiliser les acteurs pour co-construire des projets :
-        Vers un monde sobre, décarboné et respectueux du vivant.
-        Qui s’appuient sur de nouveaux modes de production, de consommation et de faire société et non pas sur des technologies magiques[5]
-        Qui ne se limitent pas à la gestion des services municipaux mais s’appuient sur eux pour impulser une politique ambitieuse,
-        Qui devront être coordonnés au niveau du Territoire Vallée Sud-Grand Paris notamment parce que les flux ne s’arrêtent pas aux limites des villes et que la mutualisation des investissements élargit notre pouvoir d’agir.

A propos des technologies, aucune donnée aujourd’hui ne montre une capacité d’un découplage de la production de richesse (le fameux PIB) de la consommation de ressources et d’énergie. Pire, l’empreinte écologique des technologies numériques augmente très rapidement[6]. Soutenir la croissance économique telle qu’elle se construit aujourd’hui est donc en complète contradiction avec l’objectif de réduire notre empreinte carbone de moitié d’ici à 2030 (et de 80% d’ici 2050). Nous n’avons pas d’autres choix que d’innover pour développer de nouveaux modes de production et de consommation.

A propos de Vallée Sud – Grand Paris, le conseil territorial a, sur la mandature qui s’achève, signé une charte[7] qui est un obstacle à une politique coordonnée sur le territoire. Celle-ci prévoit en effet un principe du chacun chez soi, tout à fait préjudiciable à un fonctionnement utile et démocratique de cette institution[8]. S’il n’est pas question de souhaiter la mainmise du territoire sur les municipalités, considérer qu’une politique zéro déchet peut être menée sans débat au niveau du territoire ni coordination entre les communes alors que les compétences déchets, développement durable et développement économique sont détenues par le Territoire est une illusion complète. C’est aussi ce que disent les 27 associations de Vallée Sud – Grand Paris qui ont signé la lettre ouverte aux candidats pour demander la construction concertée d’un plan climat-air-énergie pour le territoire[9].

La question des déchets m’a emmenée loin de la gestion des ordures ménagères… parce que c’est un enjeu central et parce que les enjeux écologiques mais aussi sociaux, économiques et démocratiques sont reliés les uns aux autres dans un système qu’il nous faut transformer dans son ensemble.    

Dominique Dupuis

Pour répondre ou réagir, je suis joignable sur Facebook ou par mail


[5] Voir cette illustration de l’humoriste Suisse, Thomas Wiesel, qui dit à la fin de ce spectacle : https://youtu.be/izuzy2phn_g, « on a l’impression que le monde de l’économie nous dit : hé, on vient de développer une 7e vitesse, c’est génial, on a une bonne nouvelle, maintenant le mur est connecté et on sait exactement à quel endroit on va le percuter »

[7] Charte de l’établissement public territorial T2

[8] Lors du dernier conseil territorial qui s’est tenu le 24 février il a été dit à propos des ateliers organisés début 2019 dans le cadre de la préparation du plan climat-air-énergie que « les habitants y ont été invités » via les associations dont les coordonnées ont été fournies par les maires des communes. Dans les faits, une seule association parmi les 27 signataires de la lettre ouverte a été invitée, au dernier atelier et via un courrier transmis juste avant sa tenue. Quel bel exemple de la volonté des maires actuels d’impliquer leurs concitoyens !

Commentaires de l’Association des Retraités CFDT aux réponses des candidats sur les thématiques: Services de proximité, évolution de la ville à long terme et autres sujets

L’association des Retraités CFDT  fait partie du collectif associatif qui a soumis un questionnaire aux listes candidates aux élections municipales.

Les réponses des listes candidates aux Thématiques : Services de proximité, évolution de la ville à long terme ont été publiées dans un article précédent.

Pour chaque question, l’association des Retraités CFDT reprend d’abord, ce qui a été publié, en substance, par chaque liste, et donne des commentaires en violet.

Thématique : Services de proximité

Question N° 21 : Comment allez-vous satisfaire les besoins des Fontenaisiens en termes de santé :
-    Médecins, généralistes et spécialistes
-    Infirmiers, infirmières
-    Laboratoires, imagerie médicale
-    Prise en compte de la dépendance
-    Etablissements du grand âge
-    Handicap, accessibilité ?

Fontenay avec vous (P. Buchet) propose : des lieux d’accueil de jour, un lieu de soutien psychologique, un café des aidants.
Fontenay Demain (L. Vastel) : n’a pas souhaité répondre aux questions du collectif.
Pour Fontenay (S. Bourdet) propose : plus de petites structures de médecine privée, plus de cabinets d’aide à la personne.
Un temps d’avance pour Fontenay (G. Mergy) propose : plus de spécialités au CMS, de la prévention, des dispositifs de santé, l’Ehpad à domicile.
Point de vue de l’association :
Sur Fontenay, déjà 4 structures de service d’aide à la personne, dont le CCAS (auxiliaires de vie, ménage, transport, bricolage, jardinage) qui ont du mal à recruter de vrais professionnels sur le besoin majeur en auxiliaires de vie (n’importe qui ne peut pas exercer ce métier). Pourquoi en rajouter ?
Quels ‘dispositifs de santé’ ?
Côté médecine de ville on aimerait limiter les dépassements d’honoraires, et avoir des médecins qui se déplacent à domicile.

Question N° 22 : Quelles formes de solidarité envisagez-vous créer, développer, encourager pour que les habitants se sentent bien ensemble ?

Fontenay avec vous (P. Buchet) propose : des tiers lieux flexibles, des espaces de co-working, un cyber café.
Fontenay Demain (L. Vastel) : n’a pas souhaité répondre aux questions du collectif.
Pour Fontenay (S. Bourdet) propose : une association ‘Seniors dans la cité’, des cafés intergénérationnels, bref : tout partager ; jardins, arts, éducation, culture, …
Un temps d’avance pour Fontenay (G. Mergy) propose : un accès aux services publics plus souples, des tiers lieux d’échanges, des appartements partagés, une maison des arts, un numéro vert d’alerte sociale, une aide numérique aux isolés.

Point de vue de l’association :
Un numéro vert, serait-il concerté avec les communes limitrophes ?
A côté de ‘Seniors dans la cité’, rechercher plutôt l’obtention du label ‘Ville amie des Aînés’ (reconnu nationalement et internationalement et encouragé par l’OMS) comme Sceaux; exigeant sur les services, les infrastructures et leur maintien.
Le besoin des aidants n’est pas tant le lieu de rencontre, que comment être remplacés en confiance pendant qu’ils se rencontrent.

Question N° 23 : Comment pouvez-vous attirer / maintenir les services et commerces de base tels que :
-    Bureau de poste
-    Sécurité sociale
-    Etat civil
-    Laverie
-    Billetterie transports

Fontenay avec vous (P. Buchet) propose : difficile car questions de financement
Fontenay Demain (L. Vastel) : n’a pas souhaité répondre aux questions du collectif.
Pour Fontenay (S. Bourdet) propose : des pôles multiservices, accueil, aides, accès internet.
Un temps d’avance pour Fontenay (G. Mergy) propose : faciliter les démarches internet.

Point de vue de l’association :
Peu de développement sur les relations avec l’intercommunalité, le Département, le Territoire, l’ARS … aides, finances, règles, etc …  (voir Question N°9). Quelles compétences restent à la commune ? quelle autonomie réelle ?
Internet : il ne suffit pas de mettre un terminal ou un signal wifi à la disposition des gens, il faut un accompagnement (assistance, formation) : par quels personnels ?

Thématique : Evolution de la ville à long terme

Question N° 24 : Pouvez-vous définir votre vision de Fontenay-aux-Roses à 15-20 ans ?

Fontenay avec vous (P. Buchet) propose : Une maison du climat, tout sera merveilleux !
Fontenay Demain (L. Vastel) : n’a pas souhaité répondre aux questions du collectif.
Pour Fontenay (S. Bourdet) propose : des salles de convivialité, des cafés solidaires, des mobilités apaisées, une ville verte, bref : les villes alentours vont nous envier !
Un temps d’avance pour Fontenay (G. Mergy) propose : on aura de nouvelles entreprises.

Point de vue de l’association :
‘Fontenay avec vous’ prévoit des lieux pour les ordures ménagères, en effet cela manque.
‘Pour Fontenay’ veut traiter les incivilités et nous fait peur avec des souris de laboratoire au CEA !  (aujourd’hui centre de recherche neuro-biologique européen, avec évidemment tous les agréments et contrôles qui vont avec).
Quelles nouvelles entreprises ? où ? il manquerait peut-être un hôtel du côté du panorama, de préférence sur Fontenay.

Question N° 25 : Que souhaitez-vous pour cette ville en termes de :
- population (nombre, diversité…)
- urbanisme (destination des zones, type d’habitat, densité, espaces verts…)
- mobilité et transports
- accompagnement de la transition écologique
- services à la personne
- offre culturelle

Fontenay avec vous (P. Buchet) propose :  la prise de décisions avec les citoyens : votations et conseil municipal citoyens.
Fontenay Demain (L. Vastel) : n’a pas souhaité répondre aux questions du collectif.
Pour Fontenay (S. Bourdet) propose : un fonctionnement en intelligence collective.
Un temps d’avance pour Fontenay (G. Mergy) propose : la co-construction des actions avec les citoyens, les nouvelles constructions immobilières en HQE et THQE.

Point de vue de l’association :
Quelle place pour les associations dans les prises de décisions ?
Côté lien social, par quels personnels ? tout ne peut pas être fait bénévolement.

Sujets peu abordés par les candidats :

Mobilité, accessibilité :  lieux administratifs (par exemple escaliers de la Mairie face à la place De Gaulle), commerces, transports (arrêts de bus) …

Adaptation des logements aux besoin des seniors, quelles aides de la commune ? quel accompagnement ? (respect des exigences de la loi Elan pour les nouvelles constructions).

Handicap : on aimerait voir les résultats de la participation des handicapés dans la commission municipale had hoc.

Attribution des logements sociaux : nous resterons vigilants quant au respect des lois ‘Elan’ et ‘Egalité et Citoyenneté’ et à la transparence dans les attributions.

Sécurité : dealers, tapage, squats des espaces publics, de jour comme de nuit, incivilités, comment traiter les populations en déshérence ?

Pauvreté : 2600 personnes en situation de pauvreté sur la commune (~10% !). Quel traitement ?

Pour réagir à cet article vous pouvez envoyer des commentaires en mentionnant la thématique et le N° de question  sur la page Facebook : https://www.facebook.com/civifar/?fref=nf

Pourquoi je lis attentivement les programmes des candidats aux élections municipales ?

Même si l’effondrement actuellement à l’œuvre est encore relativement silencieux et peu visible dans notre vie quotidienne en banlieue parisienne, nous savons que le dérèglement climatique est une réalité et qu’il doit être pris au sérieux. Nous savons aussi que la pollution de l’air, de l’eau et des sols a des conséquences destructrices sur le vivant, sans lequel nous ne pouvons pas vivre. Savoir le péril ne doit pas nous paralyser mais bien nous pousser à agir. En effet, chaque année d’immobilisme a des conséquences importantes et dans 10 ans il sera trop tard pour rester dans une trajectoire soutenable. Encore faut-il savoir quoi faire et que les conditions de l’action soient réunies…

L’action municipale est essentielle pour nous engager collectivement
dans une transition écologique mais aussi sociale et démocratique.

A la lecture ou à l’écoute des candidats aux élections municipales, je cherche donc à savoir quelle perception ils ont de ces enjeux globaux et quelle est leur analyse des enjeux pour notre ville. Clairement, ils proposent tous des mesures vertes mais sont-elles les premiers pas sur un chemin qui sera long ou bien sont-elles posées là pour nous séduire ?

Le deuxième angle de lecture qui m’anime concerne la mobilisation citoyenne. Pour obtenir une mobilisation à la hauteur des défis qui sont devant nous, il faut que les élus soient convaincus qu’une véritable implication des citoyens dans la vie de la cité est essentielle. Je cherche donc les mesures proposées pour permettre et même solliciter cette implication des citoyens mais aussi des associations, des écoles, des commerçants, des entreprises…

Et puis, pour permettre une réelle transformation, on peut identifier trois conditions :

-        Au niveau des institutions : construire les conditions pour que de nouvelles pratiques puissent émerger et soient accessibles à tous

-        Au niveau des collectifs, associations ou autres qui se mobilisent sur ces sujets : concevoir et rendre disponibles de nouvelles pratiques

-        Au niveau individuel : désapprendre des pratiques et en adopter de nouvelles

Pour illustrer on peut prendre l’exemple du vélo. Au niveau institutionnel, il est nécessaire que des équipements soient déployés pour permettre la pratique du vélo en toute sécurité. Cela passe par une concertation réelle avec les riverains mais aussi de soutenir et de travailler avec une association comme FARàVélo. Cette association réalise en effet un travail formidable via des ballades, son atelier FARRépare, la préparation d’un plan vélo pour la ville, une école vélo ou encore un accompagnement vélotaf pour rendre possible le passage de la voiture au vélo. C’est l’ensemble de ces éléments, avec peut-être aussi une aide financière pour permettre à tous l’achat d’un vélo électrique, qui permet de créer les conditions d’un changement de pratiques par une large partie d’entre nous.

De nombreux sujets sont concernés : la mobilité, les loisirs, le logement, l’alimentation, la consommation, les déchets… Mon troisième angle de lecture est donc d’identifier ce que les candidats proposent pour construire les conditions d’une réelle transformation dans tous ces domaines, lorsqu’ils proposent quelque chose.

Dominique Dupuis

Je peux être contactée sur Facebook ou par mail : dominique@autremail.fr

Surfer sur la vague verte à Fontenay

Le changement climatique, la transition écologique ou énergétique sont des expressions que l’on entend de plus en plus souvent. S’agit-il d’une préoccupation nouvelle qui s’inscrit dans une histoire de modes successives qui passent ou s’agit-il d’autre chose ? Le résultat des élections européennes est-il l’expression d’un engouement passager et surfer sur la vague verte sera-t-il suffisant pour répondre aux attentes des Fontenaisiens ?

Ceux qui me connaissent savent que je suis habitée par ces sujets qui sont maintenant le cœur de ma vie professionnelle et ils me questionnent. J’ai eu envie de partager quelques réflexions ici.

Image by Allan Lau from Pixabay

Il est difficile aujourd’hui de ne pas savoir que l’espèce humaine est à l’origine de dégâts très importants portés à cette planète terre qui nous accueille. Petit à petit nous prenons conscience que cela nous met en danger. Peut-être pas un danger immédiat sous nos latitudes mais des épisodes météorologiques et des rapports scientifiques nous rappellent régulièrement que nous ne serons pas épargnés.

Cette prise de conscience est douloureuse parce qu’elle ne nous donne pas les clés de la ou des solutions qui devraient être mises en œuvre pour résoudre les problèmes soulevés et tranquilliser notre esprit. Pire, si on s’informe, on trouve vite des arguments qui démontrent que telle ou telle solution ne suffira pas, voire ne sert à rien ou aggrave la situation.

Dans tous les cercles, famille, amis, voisins, collègues… c’est une inquiétude que je perçois et un sentiment d’impuissance. La tentation est grande de nous éloigner de ces informations alarmantes et de devenir des « à-quoi-bonistes ». Le vote écologiste aux élections européennes est pour moi l’expression de cette inquiétude qui traverse notre société et l’espoir que des hommes et des femmes, élu.e.s, soient en mesure de penser la transition que nous devons mener, qu’ils démontrent qu’il est possible d’agir, que nous ne sommes pas totalement impuissants.

Il faut en effet sortir d’un système qui dégrade notre environnement, l’eau, l’air, les sols, les océans… avec du CO2, des particules plus ou moins fines, des plastiques, etc. et toutes les conséquences qui en découlent, dignes de la pire des dystopies si on ne fait rien.  Il y a urgence à nous mettre en chemin pour sortir du bourbier dans lequel nous sommes. Faire évoluer notre quotidien, notre façon de consommer, de nous déplacer, etc. et transformer notre ville pour qu’en 2050 nous puissions y vivre bien. Ça ne suffira pas bien sûr mais nous ne pouvons pas nous soustraire à la nécessité de transformer ce qui est à notre échelle.

Pour cela, nous devons penser la transition. Comment impulser un changement de trajectoire du mode de développement à l’échelle d’une ville ou d’un territoire ? Comment tenir la distance alors que le voyage promet d’être long ? Nous avons pour nous y aider des enseignements tirés de l’expérience de quelques villes pilotes. Le premier qui a retenu mon attention est que les réponses territorialisées sont diverses mais que les trajectoires présentent des points communs. L’un d’entre eux est la coopération entre acteurs : « La coopération est devenue une réalité au quotidien dans les actions construites et pilotées en mode projet. (…) L’engagement des habitants doit aller au-delà de la participation, il doit relever de la coopération. » [1]

Le second point commun qui a retenu mon attention est le changement de regard qui a été opéré : « Le développement durable crée une prise de conscience des relations qui existent entre les dimensions économique, sociale, environnementale et l’enjeu démocratique. Au quotidien, se développe chez les acteurs engagés un élargissement du regard porté sur chaque sujet, chaque initiative, qui permet d’agir en tissant des liens entre des dimensions auparavant non reliées. »

Les prochaines élections municipales vont décider de notre capacité à entamer ces transformations au niveau de notre ville. Ces élections seront aussi celles de Vallée Sud Grand Paris qui a des compétences centrales dans cette affaire.

Les hommes et les femmes qui se préparent pour ces élections ont-ils pris conscience du danger et des enjeux que nous devons relever, ont-ils compris la nécessité de remettre en cause ce qui a été fait jusqu’ici et qui nous mène dans le mur, sur le fond et dans la méthode ?

Les politiques ne sont pas les seuls à devoir s’impliquer, tous les citoyens sont concernés et nous devrions être nombreux à participer aux débats qui ont commencé et qui devront se multiplier dans les mois à venir. Il y a tant de questions à mettre en débat et tant à faire.  

Dominique Dupuis


[1] Source : Atelier « Villes pairs et territoires pilotes de la transition » Le référentiel issu de l’atelier – Version Mars 2019

Récit et remarques sur la « Faites » de la Propreté du samedi 13 Avril 2019 : nettoyage participatif et ateliers pédagogiques

Samedi 13 avril 2019, les Fontenaisiens ont été nombreux à participer au grand nettoyage dans les quartiers qui a permis de récolter 241 kg de déchets.

14 heures – 15 Heures 30 : grand nettoyage participatif avec les comités d’habitants

Dans chaque quartier, des membres des comités d’habitants, des élus et des Fontenaisiens ont participé à ce ramassage des déchets dans les rues.

Le trajet avait été défini par les Comités d’habitants.

Le nombre de participant a beaucoup augmenté par rapport à l’an dernier. Les écoles étaient informées ainsi que les scouts. Des tracts avaient été distribués par les Comités d’habitants.

Par exemple, pour le quartier Ormeaux-Renards (en 2018 et en 2019)

 

Crédit photos : Emmanuel Infanti

Quelques photos du ramassage

Même si les rues avaient l’air propres, on a trouvé des quantités de déchets, comme les mégots, des mouchoirs, des gobelets en plastique, des paquets de gâteaux, des sachets plastiques de compotes, des morceaux de verre, etc…

Les quantités ramassées ont été de 1 à 3 kg par personne. Au total, 241 kg.

Tous les groupes se sont rassemblés au Parc Ste Barbe pour une pesée globale et rendre le matériel (gants, sacs, pinces) fournis par la mairie.

Quelques remarques sur le ramassage :

  • Ce ramassage a eu lieu sur 1 heure et demi, mais il pourrait avoir lieu sur 2 heures puisqu’il faut retourner au Parc Ste Barbe.
  • Ce ramassage participatif pourrait avoir lieu plus souvent, à la demande de certains participants
  • Il a permis d’aller dans des endroits où il permet de repérer des accumulations de déchets, des encombrants, des vélos, motos abandonnées.

De 14 heures  à 18 heures  : Animations et ateliers pédagogiques et ludiques au Parc Sainte-Barbe :

- Atelier sur le recyclage de mégots par GreenMinded (association zéro-mégot) : http.www.greenminded.fr

- Stand sur « les règles pour bien composter » par Compostory: Ce stand était animé par Mr Jacques Fasquel, pionner du compost, formateur en prévention des déchets et mise en place de dispositifs de compostage. 

Il vient d’éditer un livre sur « Composter en ville » disponible actuellement chez Rustica.

Pour en savoir plus :  http://compostproximite.blogspot.fr/

- Sensibilisation au tri des déchets et au compostage par Vallée Sud-Grand Paris

- Distribution de compost et de broyat par le service des Espaces verts de la Ville.
- Animations du Syctom et Pik Pik : brico récup’
- Nos habitants s’engagent ! Ateliers et expositions de Fontenaisiens (atelier tri, exposition sur le cycle de l’eau…)
- Stand « vestiboutique » de la Croix-Rouge
- Présentation du concept de jardins partagés par l’association Nos potagers : Cette association fait aussi de l’échange de graines. E-mail : nospotagers.92260@gmail.com
16h30 : Projection-débat dans la salle de l’Eglise

Dans « Trois secondes pour la planète », Eric Brac de la Perrière (ancien directeur d’Eco-Emballages) lance un appel pour relancer la collecte et le tri en ville.

Où peut-on déposer ses vêtements usagés ou réutilisables ?

Sur Fontenay, il n’y a que 2 containers où c’est possible actuellement.:

- un situé à l’angle de la rue des Saints Sauveurs et de la rue des Benards.
- un autre situé sur l’avenue Jean Perrin et de la rue François Villon

Voilà ce qui est affiché sur le container

Est-ce qu’il y aura un jour une vestiboutique à Fontenay ?

Il y en a une qui est prévue officiellement à partir du 1er Décembre au centre commercial Scarron. Elle sera gérée par la Croix Rouge.

Est-ce qu’il y a des vestiboutiques dans les communes alentour ?

- A Bagneux : Croix Rouge 10, allée Maurice Langlet, Tél : 01 46 55 07 64
Horaires d’ouverture : Mercredi de 17 H 30 à 20 H 30
Samedi de 14 H à 18 H

- A Sceaux : Croix Rouge  10 Rue Marguerite Renaudin, Tél :  01 41 13 86 04
Horaires d’ouverture : Mercredi de 17 H 30 à 20 H 30
Samedi de 14 H à 18 H

- A Bourg-la-Reine : Croix Rouge 17 Avenue de Montrouge, Tél : 01 46 64 68 77
Horaires d’ouverture : Jeudi de 19 H à 21 H

Pourquoi des fleurs toxiques ont été mises dans les jardinières de la place de l’Eglise ?

Dans les jardinières, des  plantes décoratives ont été mises avec des fleurs très caractéristiques.

Il s’agit de Brugmansia. Voici ses caratéristiques :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Brugmansia

Or les fleurs de ces plantes sont considérées comme très toxiques par ingestion.

Voilà ce qui est dit sur un site spécialisé https://jardinage.ooreka.fr/plante/voir/328/brugmansia

Attention : très attirantes par leurs magnifiques fleurs, toutes les variétés de brugmansias sont toxiques par ingestion. Elles contiennent surtout deux alcaloïdes, la hyoscyamine et la scopolamine qui entraînent par ingestion un syndrome atropinoïdien. Après contact prolongé de la sève, des tiges, des feuilles, des fleurs ou des fruits, lavez-vous les mains. Tenez-en éloignés les enfants

Or lorsque les fleurs fanées 

de cette plante tombent par terre, elles sont à portée de main des enfants
Il faudrait au moins que cela soit signalé ! 
Commentaires de Mr Francis Vollmer :
  • Les espaces verts et les jardinières comportent tous un certain nombre de plantes toxiques (feuilles, fleurs ou/et baies, …).
  • L’ingestion par les enfants de ces organes de plantes (peu attractifs sur le plan gustatif) est tout de même très rare. Pour preuve aucun avertissement n’est visible dans aucun des nombreux parcs que j’ai pu traverser.

=> Le Brugmensia proche du Datura est très fréquent dans les parcs municipaux et les fleurs fanées n’ont à mon avis que très peu d’attrait .

Commentaires de Mr Olivier SASSOT, Docteur vétérinaire:

Merci d’avoir attiré l’attention sur la présence de Brugmansia dans les jardinières du centre-ville: toutes les parties de la plante sont effectivement toxiques, même par simple effleurement. Le diagnostic est d’autant plus difficile et retardé que la plante est faussement considérée comme seulement décorative et que le contact parait anodin. Sans détailler ici les symptômes, je vous confirme être intervenu directement auprès de la municipalité dès la publication de l’article pour demander la suppression des plants entiers et pas seulement celle des fleurs.

=> Non, l’absence d’avertissement dans les jardineries et les espaces publics ne signifie pas absence de toxicité. Merci de votre vigilance.