Exposition « Fontenay-aux-Roses, entre chemins et sentiers » au Fontenay Scope du 3 Avril au 30 juin

En 1869, Fontenay-aux-Roses n’était qu’un village de 2386 habitants et était majoritairement parcouru de chemins et de sentiers. De nombreux promeneurs parisiens et des villes alentours aimaient venir s’y promener. Dans les années 1960, la plupart des voies champêtres ont été adaptées pour l’automobile. Mais certains chemins ou sentiers ont subsisté.

Cette exposition constituée de 16 panneaux, imaginée par le service des Archives et illustrée de photos d’hier et d’aujourd’hui, vous propose une visite pittoresque à travers les chemins, parfois méconnus, de Fontenay-aux-Roses.

Lieu : Fontenay Scope 75 rue Boucicaut (à côté de la cour de la mairie) à ses heures d’ouverture 

La démocratie participative à Fontenay ?

Vous êtes Maire d’une ville de 23 000 habitants, et avez un sujet difficile à faire passer dans un des quartiers : la vente de l’ancien bâtiment du Conservatoire (voir article précédent).

Après quelques mois d’échanges plus ou moins hypocrites avec l’association des riverains, vous organisez une grande réunion publique pour « débattre autour du projet et répondre aux questions des riverains ». Vous vous rendez à cette réunion, en emmenant avec vous un grand nombre de vos adjoints, et en ayant pris soin de battre le rappel par mail de vos ‘amis’.

Dans le bulletin officiel de la ville qui suit de quelques jours la réunion, vous faites un court article sur le sujet, qui se conclut par la phase suivante :

« En fin de réunion, une large majorité des personnes présentes s’est  déclarée favorable au projet lors d’un vote à main levée ».

Ainsi donc les 22 900 citoyens de la ville[1] qui n’assistaient pas à la réunion, et qui ne s’intéressent pas plus que ça à cette problématique localisée – mais qui lisent consciencieusement chaque bulletin municipal – pourront conclure  que le problème est réglé, et que leur Maire a bien informé et consulté les intéressés.

De la vraie démocratie participative quoi : les autorités ont informé la population ; celle-ci pu s’exprimer de façon contradictoire ; un vote libre a eu lieu


[1] 22 300 moins la petite centaine de participants à la réunion.

Michel Bayet

Dernières nouvelles de l’association « Les Sources de Fontenay »

Assemblée Générale du 21 janvier 2016

Activités passées et futures :

  • poursuivre nos recherches aux archives, et se faire aider de sourciers
  • étendre notre zone de recherche à l’extérieur de l’Ecole Normale, au sud et à l’ouest,
  • localiser l’aqueduc de la rue Boucicaut et les 3 puits publics associés,
  •  réaliser un inventaire des aqueducs, puits, bassins, fontaines, existants ou disparus, sur la commune grâce à la parole des Fontenaisiens,
  • créer une cartographie structurée sur la base du plan cadastral actuel, permettant un accès sélectif aux informations.
  • faire reconstruire un accès aux aqueducs de l’ancienne Ecole Normale pour les faire expertiser, nettoyer, réparer, photographier, topographier, … et visiter.

Enquête/Inventaire sur le patrimoine hydraulique fontenaisien (puits, bassins, fontaines, sources, aqueducs,…) par un appel à tous les Fontenaisiens

Cette enquête a pour but de dresser un inventaire des vestiges existant ou ayant existé afin de les positionner sur notre cartographie de la ville de Fontenay-aux-Roses.

Cette collecte de données se veut très simple, afin de permettre à tout un chacun de remplir une fiche d’inventaire (lieu, désignation de l’ouvrage grâce à des cases à cocher, nom et moyen de contact du rédacteur).
Elle se fait par renseignement d’un « formulaire » accessible directement :

https://docs.google.com/forms/d/1vATulCG4_-uiomLCeUdNusOvhnqhMBfLXZcD-2zex7Q/viewform?c=0&w=1

Afin de faciliter la collation des données, nous avons ouvert une boite de messagerie spécifique pour cette collecte.    lsf.inventaire@free.fr

Un besoin d’aide pour nos activités

Site internet de l’association avec les actualitéshttp://www.aqueducssouterrainsdefontenayauxroses.sitew.fr/Page_5.E.htm#Annee_2016.E

Présidente de l’association : Colette Junier ; Mail: colettejunier@hotmail.fr

Aménagement de la Place de l’Eglise : Eléments fournis à la réunion publique du 5 octobre.

Le projet d’aménagement de la place de l’église et de ses abords nous a été présenté en réunion publique le 5  octobre dernier. Ce projet, élaboré à la demande de la Mairie par le Comptoir des Projets de Montrouge, est quasiment définitif et ne nous a été présenté que pour information.

Il consiste d’abord faire de la place de l’église un « plateau urbain », c’est à dire une surface parfaitement plane, sans aucun obstacle, en légère pente vers l’est (moins de 5%), se raccordant à niveau avec la chaussée de la rue Boucicaut. Les fontaines actuelles, les escaliers, la sculpture centrale disparaissent donc. Pour pouvoir avoir cette surface plane, il faut recreuser devant l’église et dégager une marche supplémentaire, enterrée  actuellement. Ce grand plateau est recouvert d’un dallage sophistiqué (voir plan)

Par ailleurs tous les abords de la place sont aussi complètement revus (voir plan). A droite et à gauche de l’église, ce même dallage se poursuit sur les deux passages piétons vers le Parc et vers l’avenue Dolivet. La rue Boucicaut, ses trottoirs et ses arcades, depuis le Chateau Sainte Barbe jusqu’à l’avenue Dolivet, sont totalement repris, la chaussée est rehaussée  de 20 centimètres (plateau traversant) pour être amenée au niveau de la place. La séparation centrale entre les 2 voies est élargie  et plantée de 2  grands arbres  (chênes rouges d’Amérique) et de lampadaires (voir photo). Le dallage de tous les trottoirs est refait dans le même style que celui de la place, le flocage des arcades est repeint. De nouveaux arbres sont replantés sur les trottoirs.

Sur la place elle-même, sont implantés sur les cotés droit et gauche quelques bancs et des pots de fleurissement. Dans l’axe de l’église sont implantées deux alignements de « fontaines sèches », c’est à dire des jets d’eaux sans bassin de réception (voir photo). De part et d’autre de l’église seront plantés deux grands magnolias, avec, à leur pied des massifs de fleurs. Sur un piédestal, à l’entrée de la place, sera installée une copie en bronze de la sculpture « les Trois Grâces » de René Letourneur.

Vue depuis la porte d'entrée du 41 rue Boucicaut

Concernant la circulation et le stationnement automobile, un nouvel emplacement  de stationnement pour handicapés  est créé sur la rue Boucicaut devant le café l’Odyssée.
A ce niveau, il n’y aura donc plus qu’une seule voie de circulation vers l’avenue Dolivet, au lieu de deux aujourd’hui et aucune bande cyclable n’est prévue pour se raccorder à celle de l’avenue Jean Jaurès.
Cela répond à la demande de la Mairie de ralentir la circulation dans la rue Boucicaut.

Or, cette rue constitue un des seuls axes de circulation Est Ouest pour traverser la ville.
Beaucoup de participants se sont inquiétés de l’incidence de la suppression d’une voie de circulation entre la place et la rue Dolivet. Actuellement il y a une voie pour les véhicules qui tournent à gauche vers la rue Antoine Petit ou qui vont tout droit. Toute la  circulation sera bloquée par les véhicules qui tournent à droite vers la rue Dolivet, car s’ils y a des piétons, ils devront attendre de leur passage pour prendre la rue Dolivet. De même pou ceux qui tournent à gauche.
La seule possibilité qui a été ouverte par M le Maire est de faire un essai prochainement en réduisant artificiellement la circulation à une voie et de voir s’il cela pose des problèmes d’embouteillage à ce carrefour.

Tous ces travaux nécessitent, aussi bien sur, de stabiliser le sous sol, de refaire les circuits  d’eau (fontaines) et d’électricité (lampadaires et éclairage de la place).

Le coût de cet aménagement est donc conséquent puisqu’il est annoncé à 1,6 millions d’euros TTC. Il est financé à hauteur de 1,28 million d’euros  par le département et de 320 000 euros par la commune de Fontenay.

Les travaux sont planifiés à partir de Février/Mars 2016 et devraient durer 9 mois.
Les travaux sur la rue Boucicaut nécessiteront sa mise en circulation alternée sur une seule voie pendant environ un mois.

Réussite de la promenade commentée : Sur les traces de la Grande Guerre (14-18) à Fontenay

Cette promenade était organisée par Mr Descatoire, responsable des Archives Municipales dans le cadre des Journées  Européennes du Patrimoine, le dimanche 21 Septembre. Il y avait environ 50 personnes.

Le but de cette promenade était de se resituer à Fontenay avant et pendant la première guerre mondiale.

Cette promenade a permis de parcourir le Fontenay de l’époque qui comptait  4400 habitants, sur la préparation de la guerre, les écoles, l’urbanisme, la création d’un lieu pour recevoir des blessés, la suspicion d’être allemand ou lié avec l’ennemi.

David Descatoire a d’abord expliqué comment la France s’est préparée à la future guerre avec l’Allemagne, après la défaite de 1870 et la perte de l’Alsace et la Lorraine : recensement des hommes, des récoltes et des équipements (chevaux, automobiles, pigeons…), service militaire porté à 3 ans en 1913, exaltation du sentiment patriotique et antigermanique par plusieurs institutions dont l’école depuis les années 1880.  La préparation à la mobilisation de la population en cas de déclaration de guerre (les affiches de la mobilisation datent de 1904, il n’y eu qu’à mettre la date à la main).

A l’époque Fontenay qui avait la même surface qu’actuellement (262 ha) avait encore près de  la moitié de son territoire utilisé par des pépiniéristes et des agriculteurs.

Nous avons pu voir par exemple, la maison d’architecte construite, rue Boris Vildé pour l’artiste  Rudolf Ernst (peintre orientaliste), autrichien qui a été suspecté et pour lequel, le maire de l’époque, le Dr Soubise a dû faire une réponse circonstanciée (ce qui n’empêchera pas R. Ernst d’être assigné à résidence dans le Loiret durant toute la guerre). Nous avons admiré de belles maisons d’architectes (par exemple dans le Boulevard de la République, ouvert en 1901 pour aller vers la gare de la ligne de Sceaux) dont la construction dû s’arrêter à partir d’août 1914.

Nous avons vu l’extension de l’hospice Boucicaut, financée en partie par Mr Jules Lombart. Mr Jules Lombart, qui a fait fortune dans la chocolaterie, a racheté le château Boucicaut. Il a financé une aile supplémentaire de l’hospice Boucicaut. Cette aile a servi pendant la guerre d’établissement de convalescence pour les blessés. Sur les murs de l’hospice, il existe une plaque commémorant un des civils tués par l’attaque d’un canon allemand à longue portée, situé à 120 kms de Paris, appelé « canon parisien ».

Nous sommes allés ensuite au château Sainte-Barbe, alors reconverti en Refuse Franco-Belge pour plus de 200 personnes. Puis après un passage devant la laiterie Maggi attaquée en août 1914 puis devant la salle des fêtes, lieu de plusieurs manifestations de bienfaisance (pour les prisonniers fontenaisiens) ou de propagande (l’exposition « Le Crime de Reims » en 1916), nous avons gagné le cimetière. Plusieurs des 162 soldats morts pendant la guerre (pour plus de 600 mobilisés) y sont inhumés. Il y a aussi un gros chêne, le « Chêne de la Victoire », planté en 1919 avec une plaque commémorative.

La promenade s’est terminée devant le monument aux morts, installé place du Général de Gaulle. Le choix de cet emplacement a fait l’objet d’un débat au Conseil Municipal et il a failli être installé dans le parc du centre maternel Ledru-Rollin (avenue Lombart). Le choix du monument a fait l’objet d’un concours remporté par H.R. Moncassin. Il représente une femme ayant sur ses genoux un casque de poilu. Cela représente, soit la femme ou la mère éplorée. L’inauguration de ce monument a eu lieu le 9 Juillet 1922.

Aux différents points de la promenade, Mr Descatoire nous a montré des documents et des photos tirés des fonds des Archives de Fontenay-aux-Roses. Il était accompagné de Mme Hébrant qui a lu, en y mettant le ton, des textes, également des Archives municipales, très bien choisis.

Expositions organisées dans le cadre du centenaire de la guerre de 14-18 :

- L’exposition Fontenay-aux-Roses : 1914 au fil des jours (du samedi 20 septembre au vendredi 28 novembre dans le hall administratif). Une présentation des faits qui se sont déroulés à Fontenay entre le 1 janvier 1914 et le 31 décembre 1914 qui mettent en évidence la façon dont la Ville s’est adaptée à la guerre.

- L’exposition « Les Fontenaisiens inscrits sur les monuments aux morts (1914-1922) » (du samedi 20 septembre au mardi 11 novembre autour du monument aux morts de la place du Général de Gaulle) qui propose des éléments biographiques pour chacun des 162 morts pour la France de Fontenay.

Le lien conduisant à la page Histoire et patrimoine » du site de la Ville :

http://www.fontenay-aux-roses.fr/decouvrir-la-ville/histoire-et-patrimoine/

Gros succès de la journée organisée par l’association «Les Sources de Fontenay»

Dans le cadre des Journées du Patrimoine, l’association « LES  SOURCES DE FONTENAY » a organisé une journée, le samedi 20 Septembre avec :

- UNE EXPOSITION DE DOCUMENTS, PLANS, PHOTOS des galeries souterraines  d’eaux de source de l’ancienne Ecole Normale Supérieure de Fontenay-aux-Roses

- UNE CONFÉRENCE donnée par Karine Berthier, archéologue et spécialiste des réseaux hydrauliques anciens (Aqueduc Médicis), Thierry Dindeleux de HistoriCités et Colette Junier, présidente de l’association, dans les salons de la médiathèque.

- une visite sur le site des galeries : il a été possible de visualiser en surface l’emplacement des galeries souterraines. Deux cheminées ou regards ont été ouverts. Une caméra a été descendue dans le carrefour des aqueducs pour filmer l’intérieur.

Cette manifestation a attiré plus de 100 personnes qui ont ainsi découvert le réseau des galeries souterraines, dont une partie a été comblée depuis la transformation d’un des bâtiments de l’Ecole Normale en résidence universitaire et la création d’un parking intérieur. Ces galeries avaient pourtant été découvertes du temps de l’Ecole, en 1991 et protégées par des serres extérieures.

Toutes ces galeries correspondent à l’évacuation des eaux d’une source qui se situe dans l’enceinte de l’Ecole et qui alimentait d’une part un abreuvoir pour les bêtes jusqu’en 1759 et d’autre part une fontaine, la fontaine des Chevillons. Celle-ci existe toujours, elle est située sur la Coulée Verte. Elle avait un débit de 2 m3/heure au moment de la construction de la Coulée Verte, mais n’a plus qu’un débit de 0.2 m3/heure. D’autres galeries, plus rectilignes, plus récentes, qui sont les aqueducs, ont remplacé l’abreuvoir où l’eau s’accumulait en une mare insalubre et infectée.

Cette photo montre les prises de vue faites au carrefour des aqueducs qui montrent la présence de l’eau dans les galeries.

L’association a fait appel à un sourcier qui était présent, Michel Rouillard. Il est venu dès 2013 faire des recherches. Comment procède-t-il ? Il se concentre sur une question : « Y-a-t-il une galerie souterraine à l’endroit où je suis ? ». Ses baguettes sont parallèles l’une à l’autre quand il n’y a rien, et se croisent quand la réponse est positive. Il peut donc ainsi retrouver le trajet d’une galerie.

Sous le parking, il a retrouvé une grande partie des galeries du plan de 1759, même la partie nord complexe en arc de cercle, près de la source. Et pourtant, il n’avait pas connaissance de ce plan, ni du site web. Ce fut vraiment très étonnant !

Pendant la journée, il a pu refaire la démonstration de détection des galeries souterraines avec ses baguettes. Il a même initié un certain nombre de personnes présentes à utiliser ces baguettes pour mettre en évidence une galerie située sous le bitume et la terre du parking. Pour que cela fonctionne, il faut que la  personne soit très détendue.

Perspectives de l’association

Elle entreprend de continuer les recherches et les explorations, de faire connaitre et de sauvegarder ce patrimoine hydraulique précieux, tellement représentatif de Fontenay. Récemment plusieurs centaines de mètres de nouveaux aqueducs jusqu’alors inconnus ont été localisés.

Coordonnées de l’association :

Présidente : Colette Junier , e-mail : colettejunier@hotmail.fr, Tél : 06 04 15 07 91.

Site internet : http://www.aqueducssouterrainsdefontenayauxroses.sitew.fr/Page_3.C.htm#Annee_2014.C

Plan des galeries : http://www.galeriessouterrainesdefontenayauxroses.sitew.com/#Les_aqueducs.A

La pose de la première pierre de la future Maison de la Musique et de la Danse, au Château Laboissière

Cette future Maison de la Musique et de la Danse sera construite en rénovant et en agrandissant le Château Laboissière qui fait partie du patrimoine de la ville.

Il s’agit de regrouper toutes les activités de Musique et de Danse du Conservatoire actuel, situé rue du Dr Soubise, et les activités musicales du CCJL, situé anciennement dans ce Château. Les activités du CCJL autres que la Musique sont installées dans l’aile gauche du Château Sainte Barbe.

Nous avons fait un article sur ce projet qui pour le moment n’a pas fait l’objet d’une présentation à la population autre qu’une mini-exposition le 8 Juin et un affichage de photos à l’extérieur de l’enceinte des travaux. Les travaux ont commencés en Juin et ils dureront au moins 2 ans.

Pour cette manifestation, étaient présents autour de Mr le Maire, la maire-adjoint à Culture, son conseil municipal, des Fontenaisiens invités, Mme Amiable, maire de Bagneux, présidente de l’agglo Sud de Seine, Mr Marquaille, représentant Mr JP Huchon, Pdt de la Région IDF, Mr Jean Marc Germain, député de la circonscription, Mr Hervé Marseille, sénateur-maire de Meudon, Mr Berger, maire de Clamart.

Etaient présents également, Mr Pierre Louis Faloci, architecte du projet, Mr Col, directeur du Conservatoire, Mme Cadeau, directrice du CCJL.

La pose de la première pierre a consisté en des discours et l’introduction d’un parchemin rappelant cet évènement dans la stèle qui supporte la statue de La Fontaine, située dans la cour. Il faut remarquer que contrairement à ce qui était dans le projet, le deuxième bel arbre de la cour a été abattu, comme cela était envisagé lors de la réunion du 8 Juin.

Dans son discours, Mr le Maire a parlé de l’histoire emblématique de ce lieu puisqu’il est né grâce à la culture. Il a été construit par Mr Denis Thierry, libraire qui a fait fortune en éditant les fables de La Fontaine. Ce bâtiment a pu naitre grâce à des fables qui dénonçaient les travers de l’âme humaine. Il a souligné que ceci gardait toute son actualité, en cette époque d’obscurantisme et de barbarie. Il a dit : « Savourons cet instant, rare de voir naitre un lieu de culture et de partage dédié à l’apprentissage, lieu de rencontre et d’échange accessible à tous». Ce bâtiment a traversé les siècles, en particulier la révolution et les guerres. Il a échappé à la destruction. Ceci lui donne un caractère symbolique. De plus, ce projet a été porté par des équipes successives de couleurs politiques différentes, car seule la culture permet cela. Il a terminé en paraphrasant La Fontaine : « La morale de cette histoire est que certains sujets, comme la culture, nous renvoient à des valeurs communes, celles de notre démocratie, de notre histoire. Ceci est plus important que nos différences politiques ou personnelles. »

Mme Amiable, maire de Bagneux, présidente de l’agglo Sud de Seine, a dit que ce projet sur un bâtiment existant qui est un lieu classé, est ambitieux et pas banal. Le choix de l’architecte est excellent, car il a déjà fait des réalisations remarquables, comme le Musée de Valmy et de Bibracte. Cela fera un équipement de qualité qui sera à rayonnement intercommunal. Il y a 60 ans, ce bâtiment servait à loger du personnel de Citroën, il a été racheté ensuite par la ville de Fontenay et réhabilité en 1965 pour y mettre le CCJL et la bibliothèque. Le financement se fera par l’agglo pour 4 M€, par le Conseil Général pour 762 k€, et la région de 243 k€, soit au total d’environ 5 M€. Elle a terminé en citant Jean Louis Barrault : « Danser, c’est lutter contre tout ce qui retient, enfonce, pèse, alourdit. On peut découvrir avec son corps l’âme de la vie, en contact physique avec la liberté. »

Mr Marquaille, représentant Mr JP Huchon, Pdt de la Région IDF, a dit que la région est partenaire des communes pour de nombreux projets et en particulier pour la piscine et la résidence étudiant située dans les locaux de l’ancienne Ecole Normale Sup. On peut compter sur la région IDF pour être partenaire sur les projets de culture, car le budget de la culture a été sanctuarisé à la région. Il salue l’équipe précédente, de Pascal Buchet qui a lancé le projet de longue date. Il aime cette idée qu’en démocratie, on poursuive des projets lancés par d’autres. Cette idée de transmission est une belle idée que contient la démocratie.

 

Le centenaire de la Guerre de 1914 par les Archives municipales / Journées du Patrimoine

Le 1er août 1914, 5 affiches placardées sur les différents panneaux administratifs de la Ville annoncent aux fontenaisiens le premier jour de la mobilisation générale fixé au lendemain, le dimanche 2 août. Au total, plus de 600 hommes de Fontenay vont être mobilisés pour un conflit qui ne sera pas ce qu’il devait être.

Source : Archives Municipales : Les Fontenaisiens inscrits sur les monument aux morts (1914-1922)

- L’exposition Fontenay-aux-Roses : 1914 au fil des jours (du samedi 20 septembre au vendredi 28 novembre dans le hall administratif). Une présentation des faits qui se sont déroulés à Fontenay entre le 1 janvier 1914 et le 31 décembre 1914 qui mettent en évidence la façon dont la Ville s’est adaptée à la guerre.

- L’exposition « Les Fontenaisiens inscrits sur les monument aux morts (1914-1922) » (du samedi 20 septembre au mardi 11 novembre autour du monument aux morts de la place du Général de Gaulle) qui propose des éléments biographiques pour chacun des 162 morts pour la France de Fontenay.

- Une promenade commentée « Sur les traces de la Grande Guerre à Fontenay-aux-Roses » (le dimanche 21 septembre à partir de 14h , départ du hall administratif) . Durant 2 heures seront notamment évoqués la laiterie Maggi, le Refuge Franco-Belge, l’établissement de convalescence 1032, le bombardement de mai 1918, le Chêne de la Victoire, l’avenue de Verdun mais aussi l’arrêt des constructions, les réquisitions, les permissions dites « de moisson »…

Les galeries souterraines de Fontenay-aux-Roses /Journées du Patrimoine

Nous avons le plaisir de vous annoncer la naissance de notre association « LES  SOURCES DE FONTENAY » qui a pour objet principal l’étude, la sauvegarde et la mise en valeur du patrimoine hydraulique de la ville de Fontenay-aux-Roses.

Nous participerons aux Journées Européennes du Patrimoine avec :

- UNE EXPOSITION DE DOCUMENTS, PLANS, PHOTOS des galeries souterraines  d’eaux de source de l’ancienne Ecole Normale Supérieure de Fontenay-aux-Roses
au Château Sainte Barbe (au n°10 de la place, le samedi 20 de 9 à 12 h et le dimanche 21 septembre de 9 à 17 h). Visite commentée en début d’heure suivie d’une visite sur le site des galeries.

- UNE CONFÉRENCE LE SAMEDI 20 SEPTEMBRE À 15 H donnée par Karine Berthier, archéologue et spécialiste des réseaux hydrauliques anciens (Aqueduc Médicis), Thierry Dindeleux de HistoriCités et Colette Junier, dans les salons de la médiathèque. Conférence suivie par une visite commentée de l’exposition et par une visite sur le site des galeries.

- une visite sur le site des galeries
Pour cette visite, les parois de celles-ci auront été balisées en surface et documentées par des photos prises en-dessous. Deux cheminées ou regards seront ouverts. Une caméra sera descendue dans le carrefour des aqueducs pour filmer l’intérieur.

Renseignements :

Archives municipales 01 41 13 21 12

site internet

Colette Junier, présidente de l’association « Les Sources de Fontenay ». 06 04 15 07 91.