Coronavirus : L’hommage à Patrick Devedjian, président du Département des Hauts de Seine est unanime

Sources : http://www.leparisien.fr/politique/patrick-devedjian-disparition-d-un-esprit-libre-de-la-droite-29-03-2020-8290338.php#xtor=EREC-1481423605-[NL92]—${_id_connect_hash}@1

http://www.leparisien.fr/hauts-de-seine-92/l-ancien-ministre-patrick-devedjian-est-decede-29-03-2020-8290056.php

https://www.hauts-de-seine.fr/fileadmin/user_upload/Espace_presse/Communiques_et_dossiers_presse/Mon_departement/Deces_de_Patrick_Devedjian.pdf

https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Seine_musicale

Patrick Devedjian, patron du département des Hauts-de-Seine, s’est éteint à l’hôpital d’Antony, dans la nuit de samedi à dimanche, des suites du Covid-19. L’ancien ministre, âgé de 75 ans, y était soigné depuis mercredi.

« Son état s’est dégradé vendredi soir, souffle une proche collaboratrice. Les médecins ont décidé de le placer en coma artificiel pour l’intuber. » Mais l’ex-ministre n’a pas résisté à l’intervention.

Jeudi, il envoyait encore des messages SMS à ses collaborateurs. Il donnait lui-même de ses nouvelles sur son compte Twitter, se disant « fatigué mais stabilisé » grâce aux soignants dont il témoignait du « travail exceptionnel ».

Avocat de profession, il était né le 26 août 1944, à Fontainebleau, en Seine-et-Marne. Patrick Devedjian (LR) présidait le conseil départemental depuis 2007 après avoir été élu conseiller départemental à partir de 2004. Il a également été maire d’Antony de 1983 à 2002, député de la 13e circonscription des Hauts-de-Seine de 1986 à 2017.

Élu de droite, il a été porte-parole du RPR de 1999 à 2001, puis secrétaire général de l’UMP de 2007 à 2008.

« C’était le plus brillant d’entre nous »

Patrick Devedjian a également occupé plusieurs fonctions gouvernementales. Il a été ministre délégué chargé des Libertés locales (2002 à 2004), puis ministre délégué à l’industrie (2004 à 2005) et enfin, ministre auprès du Premier ministre chargé du Plan de relance (2008 à 2010).

« C’était le plus brillant d’entre nous », souffle Philippe Juvin, président de la fédération LR des Hauts-de-Seine, aujourd’hui en première ligne puisqu’il est également le patron des urgences de l’hôpital Georges-Pompidou (Paris XVe).

« Il faisait partie de ces gens que l’on croit invincible et éternel », poursuit le maire de La Garenne-Colombes, qui rend hommage « à l’homme libre, intelligent et très drôle comme le sont ceux qui pratiquent l’anticonformisme intellectuel. »

À l’instar de Philippe Juvin, les réactions unanimes se succèdent, depuis ce dimanche matin, pour rendre un hommage unanime à Patrick Devedjian, saluer sa mémoire et s’étonner de sa brutale disparition.

Ses amis « sous le choc »

« Je suis sous le choc. C’est une immense tristesse. Près de 40 ans d’amitié, confie ainsi son ami Christian Dupuy, maire (LR) de Suresnes et président de l’association des maires des Hauts-de-Seine. Je partageais la priorité absolue qu’il accordait à la culture. Il avait d’ailleurs une culture quasi encyclopédique ! »

Un autre de ses amis, Jean-Pierre Schosteck, maire (LR) de Châtillon, confie son chagrin : « Je suis infiniment triste. C’est un compagnon de toujours qui s’en va. 50 ans de combats communs sans le moindre désaccord, toujours dans le souci du bien commun ! Adieu l’ami ! »

« Il était bien plus que mon ami depuis 38 ans, il était comme mon frère. Lui, l’Arménien et moi, le Corse, je crois qu’on se comprenait », renchérit George Siffredi, maire (LR) de Châtenay-Malabry, appelé à assurer l’intérim à la présidence du conseil départemental.

« Un élu majeur de l’histoire des Hauts-de-Seine », selon le préfet

« Le département des Hauts-de-Seine perd un élu majeur de son histoire, entièrement dévoué à la cause de ce territoire qu’il incarnait depuis si longtemps », salue pour sa part le préfet Pierre Soubelet.

« Homme d’Etat, investi avec passion dans ses responsabilités, il présidait les Hauts-de-Seine avec vision et talent », appuie l’ancien ministre Patrick Ollier, maire (LR) de Rueil-Malmaison.

Tout comme Valérie Pécresse, actuelle présidente de la région Ile-de-France : « Sa singularité, c’était sa culture, il était féru d’histoire. Il disait que ceux qui ne connaissaient pas l’histoire s’exposaient à ce qu’elle recommence. » Fils d’immigré arménien ayant fui le génocide, il sera un ardent militant pour la reconnaissance de ce crime par la France.

Humaniste sur le tard

S’il avait débuté avec les tenants d’une droite dure et nationaliste, il était devenu avec les années une figure « humaniste » de l’UMP, puis de LR, critiquant notamment vertement le débat sur la place de l’islam en France en 2011. « Avec le temps et la patine de l’action politique, il avait acquis une vision très humaniste de la société », assure le sénateur (LR) Roger Karoutchi.

Gamin, Patrick Devedjian s’était rêvé archéologue. Mais c’est surtout pour les maîtres français de la peinture – autre legs paternel – qu’il s’est par la suite passionné. Pour Nicolas Poussin par exemple, « peintre intellectuel », selon lui. Il laisse derrière lui quatre enfants. A Libération, qui faisait son portrait en 1998, il avait fait ce commentaire : « Quatre, pour porter mon cercueil. »

Patrick Devedjian fut Administrateur du Musée du Louvre, Vice-président de la Société des Amis du Louvre. Convaincu de l’intérêt de mener une politique culturelle comme instrument de cohésion sociale et d’intégration, il fut notamment à l’initiative de la construction de La Seine Musicale à Boulogne-Billancourt et de Paris-La Défense Arena à Nanterre, et portait le projet de création du Musée du Grand Siècle dans la caserne Sully à Saint-Cloud. Président du Syndicat Paris Métropole et Co-Président de la Mission de Préfiguration de la Métropole du Grand Paris de 2014 à 2016, il était favorable à une Métropole inclusive à l’échelle de la Région et avait engagé une fusion avec le Département des Yvelines. Il était, à ce titre, Président de l’Etablissement Public Interdépartemental Yvelines/Hauts-de-Seine depuis sa création en 2017.

Seine Musicale

Il est à l’origine de la création de la Seine Musicale, qui a ouvert au public le 21 avril 2017.

La Seine Musicale est composée de deux salles principales de spectacle : la Grande Seine, d’une jauge allant de 2500 à 6000 spectateurs, permet d’accueillir des concerts, des comédies musicales, des ballets, des grands spectacles ou encore des évènements d’entreprise. L’Auditorium, pouvant accueillir jusqu’à 1150 spectateurs, est quant à lui la salle dédiée aux musiques non amplifiées. Son acoustique a été étudiée par le cabinet Nagata et Jean-Paul Lamoureux pour garantir aux spectateurs la meilleure restitution possible du son. La complémentarité de ces deux salles, fait de La Seine Musicale un véritable lieu de richesse culturelle, d’échange et de partage entre les générations. Parce qu’elle se veut un pôle regroupant diverses activités culturelles, les locaux de La Seine Musicale hébergent de nombreux acteurs parmi lesquels : l’Insula orchestra (dirigé par Laurence Equilbey, il est l’orchestre résident du Département des Hauts-de- Seine), les Studios Riffx, La Maîtrise des Haut-de- Seine, l’Académie Musicale Philippe Jaroussky…

Hommage de la Maitrise des Hauts de Seine à Patrick Devedjian

Le choeur de la Maîtrise des Hauts-de-Seine offre à Patrick Devedjian cette chanson qu’il aimait tant.

https://twitter.com/lamaitrise92/status/1244371732745592832

A la mémoire de….d’un abri de la seconde guerre mondiale à Fontenay-aux-Roses…

A la mémoire de……d’un abri de la seconde guerre mondiale à Fontenay-aux-Roses.

Il a été déterré, cassé puis évacué.

 

C’est avec une profonde tristesse que je vous fais part de la casse et de la disparition complète d’un des 2 abris souterrains de la seconde guerre mondiale situés sous le gymnase du Parc à Fontenay-aux-Roses, durant la semaine du 24 février 2020.

C’était un ensemble de deux abris souterrains situés côte à côte, séparés d’une dizaine de mètres et réservés aux élèves de l’école primaire du Parc.
Ils furent construits en 1938, avaient chacun environ 100 m de long pour recevoir 600 enfants au total. Ils étaient composés de tronçons d’environ 5 m, perpendiculaires les uns aux autres, avaient des sorties de secours avec barreaux métalliques, des tinettes (WC d’époque), des escaliers pour y descendre. Leur hauteur était de 2 m et leur largeur de 1,40 m. Le gymnase fut ensuite construit par dessus en 1968.

Ces 2 abris formaient un ensemble, les abris souterrains de l’école du Parc. Nous pensons qu’il était unique dans le département des Hauts-de-Seine.

L’abri détruit était en très bon état, bien que le toit fut effondré sur environ 4 m à cause de la démolition  de l’ancien gymnase. Il était aussi coupé en 6 endroits par le passage de canalisations qui nécessitait  des réparations dans le haut de l’abri.
Il n’a pas été possible de le conserver, même non réparé, pour les générations futures, a confirmé la municipalité, car elle dit devoir construire le nouveau gymnase sur le site.

C’est pourquoi il a été cassé, déterré, cassé encore et puis évacué.

Voici une vidéo de l’abri cassé et évacué de l’école du Parc : https://wetransfer.com/downloads/6972c48e4838e2e27331d6cbd216533020200304071534/d668d84870c086ceee3ae6245d70796520200304071534/7ca274?utm_campaign=WT_email_tracking&utm_content=general&utm_medium=download_button&utm_source=notify_recipient_email

La municipalité nous assure que l’autre abri sera conservé et rendu visitable par le public. La rubalise rouge et blanche en marque la surface en arrière plan sur les photos.

Colette Junier    Présidente de l’association « Les Sources de Fontenay »   06 04 15 07 91

Vous trouverez la description de cet abri dans le livret « Les abris anti-aériens » écrit par notre association que vous pouvez télécharger : Abris_Anti_aerien

Site de l’association : http://www.galeriessouterrainesdefontenayauxroses.sitew.com/Actualites.D.htm

Municipales 2020 : Réponse des listes aux questions posées par LES SOURCES DE FONTENAY

L’association LES SOURCES DE FONTENAY avait adressé un courriel aux 4 candidats qui étaient têtes de liste aux élections municipales (voir notre article du 24 janvier 2020).
Nous voulions connaître leurs projets pour la sauvegarde et mise en valeur du patrimoine ancien de notre ville.
Ils nous ont répondu par courriel.

Voir ci-dessous par ordre et date de réception :

26/01/2020 – Réponse de la liste de Gilles MERGY

15/02/2020 – Réponse de la liste de Pascal BUCHET

17/02/2020 – Réponse de la liste de Suzanne BOURDET

24/02/2020 – Réponse de la liste de Laurent VASTEL

Colette Junier   Présidente  « Les Sources de Fontenay »

Site : http://www.galeriessouterrainesdefontenayauxroses.sitew.com/

L’association Les Sources de Fontenay vous présente ses meilleurs vœux pour 2020

Nous vous invitons à visiter notre site web qui vient d’être mis à jour :

http://www.lesaqueducsdefontenayauxroses1.sitew.fr/Annee_2019.C.htm

Vous y trouverez nos activités de l’année 2019, nos recherches, nos découvertes, avec en particulier les deux abris anti-aériens de la seconde guerre mondiale sous le gymnase du Parc.

Des recherches sur les aqueducs souterrains débuteront cette année dans le parc de la résidence universitaire Olympe de Gouges, sur le site de l’ancienne Ecole Normale Supérieure (vue du carrefour des aqueducs jointe ci-dessus) :

http://www.galeriessouterrainesdefontenayauxroses.sitew.com/

Dans la rubrique « Activités » de notre site, vous retrouverez nos publications :
- Les drains Colbert
- La fontaine des Bouffrais
- Les abris anti-aériens de Fontenay-aux-Roses
- Les galeries de l’ancienne ENS.

ainsi qu’un bulletin d’adhésion si vous voulez nous soutenir.

Cordialement

Colette Junier   Présidente  « Les Sources de Fontenay »

Questions de l’association « Les Sources de Fontenay » aux candidats aux municipales à Fontenay aux Roses

A l’intention de Suzanne Bourdet, Pascal Buchet, Gilles Mergy, Laurent Vastel.

Madame, Monsieur,

Je vous écris en tant que présidente de l’association « Les Sources de Fontenay ». 

Nous aimerions connaître vos projets pour  la sauvegarde et mise en valeur du patrimoine ancien de notre ville, tels que, par exemple :

  • les aqueducs souterrains d’eau de source de l’ancienne Ecole Normale Supérieure, de 1,20 à 1,60 m de hauteur, construits en pierres meulières, qui font partie d’un système hydraulique avec citerne et autres aqueducs à rechercher, toujours en eau. Ils sont associés à la Fontaine du Clos des Chevillons sur la coulée verte. http://www.galeriessouterrainesdefontenayauxroses.sitew.com
  • le drain Colbert et autres petits aqueducs semblables qui permettent toujours à ce jour d’assécher le sous-sol à la limite du sable et des argiles imperméables. Ils conduisent l’eau de source à la périphérie.
  • les 2 abris souterrains de la seconde guerre mondiale, encore si proche de nous. En effet, beaucoup de nos rues portent le nom d’un résistant. Les 2 abris sont situés sous le gymnase du Parc, mesurent environ 100 m chacun de longueur et 1,40 m de largeur, sont parallèles l’un à l’autre, distants d’environ 10 m. L’un est en parfait état et l’autre nécessite des réparations.

Notre site web raconte également l’histoire de nos découvertes au long des années. Un livret a été publié pour chacun de ces sujets, téléchargeable dans la page Actualités de notre site (en bas et à droite). 

http://www.galeriessouterrainesdefontenayauxroses.sitew.com/Actualites.D.htm

Nous vous remercions de bien vouloir nous adresser vos réponses par écrit. Nous les ferons figurer, comme pour les élections municipales de 2014, sur notre site web. Puis nous inviterons par mail les nombreux Fontenaisiens intéressés par ce patrimoine souterrain à venir les consulter.

La présente lettre a été adressée aux 4 têtes des listes déclarées à ce jour.

Je vous remercie pour votre réponse.

Cordialement

Colette Junier                Présidente de l’association « Les Sources de Fontenay »

Pourquoi le projet de l’ancienne salle de danse de l’ancien bâtiment du Conservatoire a t’il été abandonné ?

Lors d’un article précédent, nous avons évoqué le devenir l’ancienne salle de danse de l’ancien bâtiment du Conservatoire : http://www.nouvellesdefontenay.fr/que-va-devenir-lancienne-salle-de-danse-de-lancien-batiment-du-conservatoire/

L’ancien bâtiment du Conservatoire de Musique et de la Danse est situé entre la rue du Dr Soubise et l’avenue Jean Moulin, avec un petit parking coté Dr Soubise et un grand parking coté avenue Jean Moulin. Ce bâtiment est fermé depuis Septembre 2016.

La municipalité actuelle a décidé de garder l’ancienne salle de danse, qui a un accès coté avenue Jean Moulin.

L’ancienne salle de danse va devenir une salle polyvalente :

-        Salle d’exposition
-        Salle pour les gymnastiques douces et le yoga

Cette salle a une surface de 177 m2.

Qu’est-ce qui justifiait ce projet ?

Salle d’exposition :

La ville possède déjà deux salles d’expositions permanentes :

-        A la médiathèque
-        Au hall administratif de la mairie

Créer une salle d’exposition, même si elle peut être justifiée, nécessitera du personnel. De plus elle sera assez excentrée, sans parking à proximité.

Salle pour les gymnastiques douces et le yoga

Celle-ci est tout à fait justifiée, car il y a une demande très importante sur la ville. Cela a été confirmé, lors des Assises du Sport et annoncé par le Maire à cette occasion.

Pour que les 2 activités puissent fonctionner en même temps, il faut que la salle soit partagée en 2 et que les activités soient indépendantes.

Les gymnastiques douces (méditation, shiatsu, pilâtes, yoga…) nécessitent un sol propre et bien isolé du fait des exercices au sol. Les cours ont lieu en général le soir à partir de 18 H.

Le yoga et autres gymnastiques douces nécessitent une surface de 80 m2 environ car les cours ne fonctionnent qu’au plus avec 20 élèves. Il est nécessaire d’avoir une réserve pour stocker le matériel.

Quel était le détail du projet ?

▪         Aménagement paysagé de la cour
▪         Mise en accessibilité depuis la voirie (rampe)
▪         Remplacement des menuiseries extérieures
▪         Réfection totale de la toiture
▪         Aménagement en salle polyvalente du demi-niveau bas (167m²) avec mise aux normes PMR
▪         Aménagement du demi-niveau haut (une cuisine (14,7m²) + une salle de réunion (26m²) + 1 local ménage (2m²) + Sanitaires (22m²)
▪         Un couloir dégageant sur la cour anglaise côté rue Soubise pour l’évacuation (sécurité incendie, 35m²)

Quel était le coût de ce projet ?

Le coût annoncé lors du Conseil Municipal du 12 Novembre 2018 était de 1 M€.

Ce budget correspond à la recette de la vente du reste du bâtiment de l’ancien Conservatoire qui fait actuellement l’objet d’un recours.

Ce projet a fait l’objet d’un appel d’offre, plusieurs fois, mais n’a pas trouvé preneur à ce montant là. Les montants proposés dépassaient de plusieurs centaines de K€ le montant du budget prévu. L’appel d’offre a été arrêté sur ce projet là.

La décision du Maire annoncée au Conseil Municipal du 20 Mai : le projet actuel est abandonné.

Il n’y aura pas de nouveau projet avant plusieurs mois, car cela nécessite le travail d’un architecte, un nouveau permis de construire, un nouvel appel d’offre.

Quelles sont les conséquences actuelles de cet abandon ?

La salle de danse aurait pu être utilisée provisoirement, grâce à de petits aménagements, avec un budget de 120 k€, comme cela  annoncé par le Maire, lors du Conseil Municipal du 7 juin 2017.

=> Malheureusement cela n’est plus possible, car le parquet de la salle de danse a été arraché et mis à la poubelle (voir photo de l’article précédent)

 Depuis combien de temps, ce bâtiment n’est plus utilisé ?

Le transfert des activités du bâtiment du Conservatoire a été effectué en Septembre 2016. Cela va faire bientôt 3 ans que ce bâtiment n’est plus utilisé. Compte-tenu des délais des travaux qui étaient prévus, ce n’est pas avant 2021 ou 2022 que ce bâtiment pourra être utilisé.

Le Mois de la mémoire : La Grande Guerre à Fontenay jusqu’au 10 décembre 2018

A l’occasion du centenaire de l’Armistice de 1918, la 3e édition du Mois de la mémoire est consacrée à la Grande Guerre. Expositions, conférences, concert, projection, théâtre et commémorations sont au programme.

La médecine de guerre

Une exposition, « 1914-1918. L’envers de la guerre », présente des photos de Georges Duhamel alors qu’il était chirurgien aux armées, à voir du 23 octobre au 8 novembre à la médiathèque. Une conférence sur la médecine de guerre est également proposée par le Collège universitaire Jean Fournier (CUF) le 19 octobre à 15h avec Laurent Vastel, chirurgien orthopédiste. Elle sera précédée d’une conférence de Bernard Barré, membre de l’association des Amis de Georges Duhamel et de l’Abbaye de Créteil en lien avec l’exposition.

La musique dans la Grande Guerre

La musique est à l’honneur avec une exposition du 13 au 24 novembre à la médiathèque présentant des instruments de musique fabriqués durant la guerre. En parallèle à la médiathèque, l’exposition « La Grande Guerre » sera visible du 10 au 24 novembre.

Vendredi 30 novembre à 20h30, la Maison de la musique et de la danse accueille l’ensemble Calliopée pour un concert original mêlant alto et accordéon et retraçant des destins bouleversés par la Première Guerre mondiale sur des musiques de Debussy, Halphen et Bartok.

La guerre vue par des yeux d’enfants

Du 21 novembre au 10 décembre, le hall administratif de la mairie propose l’exposition « La Guerre des crayons ». Issus des collections du musée de Montmartre, vingt panneaux d’exposition permettront de découvrir des dessins d’enfants réalisés entre 1914 et 1918 par les élèves des écoles de la Butte. En complément, les enfants des accueils de loisirs exposeront une fresque qu’ils ont réalisée sur le thème de la guerre.

Les traités de Versailles

L’historien Jean-Michel Durand fera une conférence sur les traités de Versailles le samedi 10 novembre à 15h à la médiathèque. L’accord de paix signé le 28 juin 1919 entre l’Allemagne et les Alliés définit les sanctions contre l’Allemagne et est à l’origine de la Société des Nations. Le petit traité de Versailles, signé le même jour, reconnaît notamment l’indépendance de la Pologne. Ces traités ne sont pas sans conséquence sur la suite de l’histoire du XXe siècle.

La guerre au cinéma et au théâtre

Mercredi 21 novembre à 15h, la médiathèque invite le public à partir de 10 ans à assister à la projection du film « Cheval de guerre » de Steven Spielberg : une histoire d’amitié entre un homme et son cheval séparés aux premières heures du conflit…
Mardi 27 novembre à 20h30, c’est sous le chapiteau du Théâtre des Sources que le public est attendu pour « La Pagaïe », une lecture-spectacle du roman La Main coupée de Blaise Cendrars par le Reptile cambrioleur.

Un projet scolaire pour la paix

L’Institut français d’Allemagne et la Mission du Centenaire proposent à une centaine de jeunes Européens de devenir Ambassadeurs pour la paix. Dans le cadre de ce projet et du jumelage, des lycéennes de Wiesloch (ville allemande jumelée à Fontenay-aux-Roses) et leur professeur de français, Iris Graf, réaliseront un film avec des interviews d’élèves de maternelle, de CM2 et du collège des Ormeaux.

Pour télécharger le programme complet : https://media.fontenay-aux-roses.fr/fileadmin/fontenay/MEDIA/Agenda/Culture/Programme_A4_Mois_de_la_memoire_2018.pdf

Journées européennes du patrimoine 2018 : Boris Vildé, Les galeries souterraines de Fontenay-aux-Roses, portes ouvertes au CEA

Boris Vildé et Fontenay-aux-Roses

EXPOSITION

Autour de Boris Vildé (1908-1942), ethnologue et résistant.

Cette exposition retrace le parcours de Boris Vildé, l’animateur d’un des premiers groupes de résistants en juillet 1940, de Saint-Pétersbourg au Mont-Valérien en passant par Fontenay-aux-Roses.

Samedi 15 et dimanche 16 septembre
puis jusqu’au 31 octobre
Lieu : Hall administratif de la mairie

CONFERENCES

Samedi 15 septembre de 14h30-16h30
Lieu : Salle du Conseil municipal

« Boris et Irène Vildé, de Saint-Pétersbourg à Fontenay-aux-Roses »

« Boris Vildé, le Musée de l’Homme et l’Estonie »

PROMENADE COMMENTEE

« Sur les traces des résistants de la Seconde Guerre mondiale »

Ils étaient employé, biologiste, boulanger, cordonnier, mécanicien, scientifique… Découverte des résistants fontenaisiens au fil des rues. Membre des FFI, des FTP ou d’aucun groupe, une dizaine de Fontenaisiens ont payé de leur vie leurs actes de résistance durant la Seconde Guerre mondiale. Quelles traces leurs parcours ont-ils laissées dans les archives et dans le Fontenay-aux-Roses d’aujourd’hui ?

Dimanche 16 septembre à 14h
Départ du hall administratif de la mairie

« Les galeries souterraines de Fontenay-aux-Roses » par l’association Les Sources de Fontenay

Exposition du jeudi 13 septembre au mercredi 19 septembre : 9h30-12h et 14h-18h

Visite libre pendant les horaires d’ouverture et visites guidées à 10h et 15h.

Lieu : Salle Sainte-Barbe : 12, place du Château Sainte-Barbe

Cette exposition met en valeur trois thèmes principaux :
- Les galeries drainantes des Vaux Robert créées par Colbert (XVIIème siècle) pour alimenter son château de Sceaux en eau potable (nouveaux plans d’époque très détaillés).
- Les deux abris antiaériens de la « Défense Passive » construits en 1939, sous l’actuel gymnase du Parc, et pouvant accueillir 600 personnes.
- Une pompe à eau de Fontenay entièrement restaurée par l’association avec une exposition de photos de sa rénovation et sa présentation en fonctionnement.

PORTES OUVERTES DU CEA

De 10h à 18h, le CEA de Fontenay-aux-Roses ouvre ses portes et vous propose des visites, conférences et ateliers. Programme complet sur le site du CEA

Exposition « Fontenay-aux-Roses, entre chemins et sentiers » au Fontenay Scope du 3 Avril au 30 juin

En 1869, Fontenay-aux-Roses n’était qu’un village de 2386 habitants et était majoritairement parcouru de chemins et de sentiers. De nombreux promeneurs parisiens et des villes alentours aimaient venir s’y promener. Dans les années 1960, la plupart des voies champêtres ont été adaptées pour l’automobile. Mais certains chemins ou sentiers ont subsisté.

Cette exposition constituée de 16 panneaux, imaginée par le service des Archives et illustrée de photos d’hier et d’aujourd’hui, vous propose une visite pittoresque à travers les chemins, parfois méconnus, de Fontenay-aux-Roses.

Lieu : Fontenay Scope 75 rue Boucicaut (à côté de la cour de la mairie) à ses heures d’ouverture