Compte-Rendu de l’AG Extraordinaire de l’Association Conservatoire Soubise du 1er Juin 2016

Il est à noter que 3 élus de la majorité municipale, membres de notre association depuis sa création, étaient présents. 

Nous avons débuté notre réunion en rappelant les derniers faits, à savoir

- Premières rumeurs de vente partielle aux voeux du Maire en Janvier dernier

- Réunion du Bureau avec Mr Bigret, Premier Maire-Adjoint, nous confirmant que l’Association serait informée s’il y a un projet

- Les derniers événements qui se sont succédés : Lettre à Mr le Maire suite à la persistance des rumeurs demandant une nouvelle réunion, réponse négative, lancement de la pétition, tract de Mr le Maire, réponse de l’Association.

Nous avons ensuite donné la parole aux élus présents qui ont exposé leurs points de vue personnels, mais surtout qui ont confirmé

- Vente éventuelle de 80% de la surface à 3 entreprises du domaine informatique, sans présenter ces entreprises

- Probabilité supérieure à 50% de passer à l’action

- Finalisation potentielle en quelques semaines

Les adhérents présents ont exprimé leurs préoccupations

- Pourquoi cette vente précipitée ?

- Qui sont ces entreprises ?

- Pourquoi Mr le Maire ne présente pas ce projet aux riverains ?

- Et si les entreprises souhaitent vendre après, le droit de préemption certes est possible mais à quel prix…

Les élus présents ont manifesté une certaine écoute et ont promis de transmettre à Mr le Maire.

Nous avons ensuite remercié tous les adhérents pour leur mobilisation pour la pétition. A ce jour, nous comptons quelques centaines de signatures, et la mobilisation doit se poursuivre.

Nous avons conclu en parlant d’un travail en profondeur qui a été effectué par le Bureau avec certains adhérents compétents dans l’immobilier pour finaliser un projet alternatif.

Vous pouvez signer la pétition en cliquant le lien ci dessous:

http://www.petitions24.net/conservatoire_soubise

Le Bureau de l’Association

Association « Les Sources de Fontenay » : exposition le samedi 18 juin 2016 de 9 h à 13 h sous l’auvent du marché

A l’occasion des « Journées nationales de l’archéologie »,
l’association « Les Sources de Fontenay » organise une exposition le samedi 18 juin 2016 de 9 h à 13 h sous l’auvent du marché couvert à Fontenay-aux-Roses :
Nous vous invitons à venir nous rencontrer et découvrir notre exposition que nous pourrons vous commenter.
Nous pourrons recueillir également vos témoignages dans le cadre de l’inventaire de notre patrimoine hydraulique ancien

Nous vous informons que nous venons d’effectuer notre seconde mise à jour 2016 des actualités de notre site WEB 

Vous trouverez ici :
- sa présentation générale  :        http://www.galeriessouterrainesdefontenayauxroses.sitew.com/#Les_aqueducs.A
- les actualités de l’année 2016 : http://www.aqueducssouterrainsdefontenayauxroses.sitew.fr/#Annee_2016.E

Rétablir la vérité sur l’Association Conservatoire-Soubise

Depuis une dizaine de jours, Monsieur le Maire, par des tracts déposés dans les boites aux lettres de certaines rues de la ville et par des articles divers, attaque l’Association Conservatoire Soubise.

Devant la virulence des propos mais surtout devant les accusations totalement infondées, nous nous devons de rétablir la vérité bien malmenée.

Pour plus de rigueur nous le ferons en analysant les attaques point par point. Lire la suite

Précisions sur la pétition pour ne pas vendre le Conservatoire et le conserver au service des Fontenaisiens

Depuis quelques jours une pétition circule à Fontenay aux Roses pour protester contre la décision prise par la municipalité de vendre le Conservatoire de la rue du Docteur Soubise et réclamer que ce bâtiment reste dans le patrimoine de la ville pour servir tous les Fontenaisiens.

On peut y lire que cette décision est contraire aux engagements écrits du Maire.

Pour que tous les Fontenaisiens comprennent bien pourquoi nous affirmons cela, vous trouverez ci dessous les 4 principales prises de position du Maire sur ce sujet.

1/ Programme de L Vastel pour les municipales. Page 9. 6 ème priorité : Culture et Esthétique urbaine. Point 53:

« Créer une Maison des Arts dans l’actuel Conservatoire (de la rue du Docteur Soubise) .

Développer les interactions avec les Fontenaisiens par la mise à disposition d’Ateliers d’artistes. »

2/ Campagne municipale L Vastel : Réunion publique organisée par l’Association Civifar. Compte rendu validé par L. Vastel:

 » Question : Quel est votre projet pour le bâtiment du Conservatoire ?

Réponse : Nous ne sommes pas engagés par les choix et décisions de l’ancienne municipalité. Le choix se fera aussi en mettant en œuvre le CLU. Par contre, à Fontenay, nous n’avons pas d’outils pour faire la promotion des artistes qui sont nombreux sur la ville. Nous pourrions prévoir une Maison des Artistes, comme cela existe à Sceaux, avec des ateliers, de la formation, des expositions. Nous sommes en contact avec l’association « Art à Fontenay » qui regroupe presque tous les artistes de la ville. » Lire la suite

Signez la pétition de l’Association Conservatoire Soubise contre la vente du bâtiment du Conservatoire.

A la rentrée de Septembre 2016, les activités du Conservatoire vont partir à la Maison de la Musique et de la danse située dans le Château La Boissière. Le devenir du batiment du Conservatoire n’était défini jusqu’à présent.

Le Maire a décidé, sans en informer les Fontenaisiens et les Associations concernées de vendre, le plus rapidement possible, la quasi-totalité du Conservatoire de la rue du Docteur Soubise à plusieurs sociétés privées de service.

L’Association Conservatoire Soubise s’est mobilisée depuis au moins 4 ans pour le devenir du batiment. Elle avait jusqu’à présent maintenu le dialogue avec la municipalité actuelle et l’ancienne municipalité. Elle réagit à cette décision en lançant une pétition.

Quels sont les arguments de l’Association : Lire la suite

Mairie et citoyens dessinent l’avenir de leur Place du Général de Gaulle

But de ce texte

Informer les Fontenaisiens d’une coopération entre la Mairie et nous, un collectif de Fontenaisiens, en vue de redessiner la Place du Général de Gaulle. Aider les Fontenaisiens à se former une opinion sur l’avenir des marronniers sur la place.

Comment cette coopération a-t-elle commencé ?

Le 19 juillet 2015, une vingtaine de Fontenaisiens a écrit une lettre au Maire pour manifester son désaccord avec l’abattement prévu d’un arbre sur la place. Le 21 août 2015, la Mairie nous a répondu en expliquant que dans le cadre de la redynamisation de la place, il fallait supprimer un arbre pour permettre l’installation d’un kiosque à journaux et un kiosque à fleurs. L’arbre en question était malade et fragilisé physiquement (étude à l’appui), et posait un risque de sécurité pour la population. Dans sa réponse, la Mairie m’a invité en tant que représentant du collectif pour participer à un Comité de Réflexion sur l’avenir des arbres et de la place.

La première réunion du Comité de Réflexion

Le 29 octobre 2015, j’ai pu participer à la première réunion du Comité de Réflexion. Le comité est composé d’un responsable associatif, des responsables techniques (Patrimoine, Espaces Verts, Travaux & Bâtiments) et est présidé par le Premier Maire Adjoint. La Mairie a d’abord confirmé son souhait de préserver le caractère boisé de la partie de la Place du Général de Gaulle allant de la Mairie au Café du Marché. L’autre partie, celle devant le Château La Boissière, deviendra, selon un projet qui sera présenté bientôt, une place minérale avec une fontaine et quelques arbres.

Avant de décider de l’avenir des arbres : quel est leur état actuel?

Un responsable de l’Organisme National des Forêts (ONF) a exposé les détails d’une étude approfondie sur l’état de santé des arbres datant de 2011. Leur santé était déjà mauvaise: seulement 36% étaient alors en « bon état ». Aujourd’hui, 6 ans plus tard, cette situation s’est encore dégradée. Il y a de nombreux défauts d’origine mécanique (plaies, bois morts, etc.), d’origine physiologique (sol trop compacté, enracinement insuffisant, etc.) et d’origine pathogénique (champignons). Cette situation pose de sérieux risques de chute : des coups de vent ont en effet fait tomber déjà de grosses branches récemment (voir photo). Ce mauvais état de santé est dû en partie à l’environnement urbain, en témoignent les nombreuses blessures causées par les voitures lorsque la place était encore un parking. Leur âge joue aussi un rôle : comme les arbres les plus anciens ont à peu près 100 ans, le moment inévitable est venu de les remplacer.

Visite guidée : dans quelles conditions un arbre s’épanouit-il le mieux ?

Après la réunion, le Responsable des Espaces Verts m’a expliqué dans quelles conditions un arbre s’épanouit le mieux. D’abord il faut faire le bon choix d’essence d’arbre. Surtout qu’aujourd’hui nos connaissances en la matière sont bien meilleures qu’il y a 100 ans, lorsque les premiers marronniers ont été plantés sur la place. Ce qui contribue aussi au bon développement des arbres est de privilégier un ensemble homogène (arbres de même diamètre et hauteur) et aussi de protéger les troncs contre les chocs. Aujourd’hui par exemple les voitures ont toujours accès sur la place pour manœuvrer, ce qui continue de mettre les arbres en danger.

Le Responsable des Espaces Verts m’a montré ensuite de nombreux arbres dans le quartier, ce qui m’a permis de voir les conséquences importantes de leur emplacement sur leur développement et leur santé. Un élément essentiel est l’espacement entre les arbres. Un arbre qui pousse trop près des autres arbres – et qui pousse donc à l’ombre – a plus de mal à se développer. Il se développera moins, parfois de travers, et il vivra moins longtemps. Sur la place vous voyez des jeunes arbres qui poussent déjà de travers car ils cherchent la lumière. Par conséquent le (grand !) poids de l’arbre finira par pencher d’un côté, ce qui fragilisera l’arbre et obligera la Mairie à l’abattre plus vite pour des raisons de sécurité.

Cette visite guidée m’a progressivement fait changer d’avis. Avant la visite je pensais qu’il fallait garder absolument tous les 58 marronniers sur la place. Depuis la visite, je vois que les arbres sur la place se gênent mutuellement, c’est-à-dire qu’ils pourraient développer un feuillage plus garni s’ils avaient plus de place. Je vois aussi qu’ils pourraient vivre plus longtemps si on les espaçait un peu plus. J’ai compris, en somme, que si la commune souhaite mieux préserver son capital boisé pour les générations à venir, mieux vaut leur laisser un peu plus de place.

La réunion s’est terminée par une promesse : je communiquerais à notre collectif ces informations techniques sur les arbres afin que le collectif puisse présenter une proposition à la Mairie en bonne connaissance de cause. 

Nos consultations : compromis difficile, mais trouvé quand même

Notre collectif s’est ensuite concerté longuement. J’étais d’abord surpris de constater que même entre nous, pourtant tous « amis des arbres », nous aurions autant de mal à nous mettre d’accord sur une position commune ! Nous n’étions pas d’accord par exemple qu’il faille absolument permettre un épanouissement maximal à chaque arbre. Car certains trouvaient tout à fait acceptable qu’un arbre pousse moins bien ou de travers : pour eux cette irrégularité est au contraire une source de bien-être dans un milieu urbain froid et rectiligne.

Nous avons fini néanmoins par trouver un compromis, à commencer par le constat qu’une large majorité était favorable à l’espacement des arbres en diminuant leur nombre. Certains pour la raison évoquée plus haut : un arbre qui a de la place développera un feuillage plus généreux et vivra plus longtemps. D’autres plutôt pour avoir plus de place, plus de convivialité et plus de lumière.

Notre proposition finale était de supprimer un arbre sur deux en quinconce. Cette configuration est moins dense, mais préserve l’aspect d’un feuillage continu grâce aux rangées d’arbres les unes derrière les autres. Cette diminution des arbres était acceptée par tous à condition que les arbres restants soient préservés le plus longtemps possible et remplacés progressivement. Car si les arbres restants étaient remplacés d’un seul coup, la ville se retrouverait pendant quelques années avec un « vide sidéral » qui serait trop brutal. 

Je répète qu’il s’agit d’un compromis : non pas d’une proposition qui rend tous les participants 100% heureux (mission impossible), mais d’une proposition qui a le mérite d’être commune et de rendre tous les participants le moins malheureux possible. Une solution qui permet d’avancer surtout.

Conclusion

Le 31 mars 2016, j’ai communiqué notre proposition au Comité de Réflexion. La Mairie a apprécié notre travail et a accepté de commander une étude paysagiste pour l’avenir de la place sur cette base. Cette étude démarrera mi-2018, ce qui laisse au collectif le temps de se concerter également sur l’aménagement de l’espace autour des arbres.

Vu la qualité de nos échanges et des consultations effectuées, la Mairie souhaite les poursuivre. Elle me réserve la possibilité de communiquer avec les bureaux d’étude qui seront démarchés (une étude paysagiste et une étude relative à la circulation et au stationnement). Je me suis engagé à poursuivre les consultations. Je le ferai sous forme d’un Groupe de Travail récemment créé au sein de notre Association La Boissière, car le moment est venu de rentrer dans le détail et de dessiner. Ce groupe sera ouvert à d’autres citoyens souhaitant participer de façon active et constructive à un nouveau visage de la Place du Général de Gaulle. D’ici à mi-2018, les échanges avec la Mairie se poursuivront afin de se tenir informés mutuellement de nos réflexions.

Pour plus de renseignements ou pour communiquer vos suggestions pour la place, contactez-moi par mail au stein-van.oosteren@minbuza.nl.  Twitter : @Oosterenvan

Stein Van Oosteren

Le Collectif des associations riveraines du RER B Robinson (CARRRO) vous invite à donner votre point de vue

Le collectif CARRRO est invité par le STIF (autorité responsable des transports en Ile de France) et par la RATP à des rencontres concernant  le RER B (situation actuelle et projets). il sera par ailleurs reçu par les responsables déplacements du 92  (trams ,bus,projets dans le 92 sud ).

Souhaitant faire entendre les voix des divers usagers ,le collectif vous invite a lui adresser vos messages :constats,demandes ,propositions.

Il vous informera en retour.

Envoyez vos demandes et propositions à : carrrob@free.fr

Débat d’Orientation Budgétaire (DOB) et Plans Pluriannuels d’Investissement (PPI) + Rapport d’activités des services de la ville au Conseil Municipal du 9 Mars 2016

La vidéo du Conseil Municipal du 9 Mars 2016 est disponible sur le site de la ville :

https://www.youtube.com/watch?v=T2U5nbQvusA&list=PLI5dbIW5MI44_glfnYnXjHKcZe6hCJpag

Exposé d’introduction du Maire , Laurent Vastel

Il a fait réaliser à son arrivée, il y a presque 2 ans, des audits financier et du patrimoine. Le patrimoine est dans un état dégradé et les finances n’ont plus d’excédent budgétaire pour être à l’équilibre, comme imposé par la gestion des collectivités locales.

Le but des finances est de restaurer de la marge et dégager 4 M€ pour retrouver un équilibre en 2017. Sur un budget de fonctionnement, de 30 M€ environ, le poste Personnel représente 70 % environ. Le poste Personnel est passé de 16.5 M€ en 2005 à près de 20 M€ en 2015. Il a été stabilisé en 2015, par des non-renouvellements. Le désengagement de l’Etat s’est très nettement accentué, depuis 2014, avec les 50 Md€ pour le budget de l’Etat, financé pour 1/3 par les collectivités locales, soit pour la commune une baisse de l’ordre de 15% par rapport au budget de fonctionnement. En 2016, cela représentera environ 700 k€. Ces dépenses augmentent mécaniquement, du fait du Glissement Vieillesse Technicité et du fait de la participation de l’employeur à la cotisation pour la Mutuelle. A effectif constant, elle augmenterait de 350 k€ environ. Sans baisse de la Dotation Globale de Fonctionnement (DGF), il n’y aurait pas d’augmentation des impôts. Nous serons obligés d’utiliser le levier de la fiscalité. Nous avons déjà décidé de remettre l’abattement global sur la taxe d’habitation, à 7 % au lieu de 15 %. Cela représente 800 k€/an. Remettre les tarifs des cantines et des Centres de Loisirs à ceux de 2012, représente 400 k€ / an.

Laurent Vastel : Parmi les engagements que j’ai pris pendant la campagne électorale : augmenter la population par du logement privé, car le nombre de logement sociaux est maintenant de 43.5 % des logements de la ville. La vente des logements ICADE, réalisée du temps précédent a représenté une baisse de rentrées pour la ville de 9 M€. Je veux créer une dynamique par la rénovation des voiries et des batiments. Il y aura une modernisation du service public, par la mise en place d’un guichet unique pour les inscriptions aux services de la ville. Le site Web sera repris entièrement.

Nous maintiendrons le financement des associations au même niveau qu’en 2015 (NDLR: ils avaient été baissés de 10 à 20 % en 2015). Nous distribuerons 250 k€, venant du Département aux associations, avec un appel à projets (NDLR : ces associations étaient avant financées directement par le Dpt).

Pour la sécurité, les nouveaux locaux sont en cours de travaux. les caméras de vidéosurveillance sont en cours de déploiement et auront un local de supervision. Il y aura un policier municipal supplémentaire et les rondes seront étendues jusqu’à 1 H du matin.

Pour la solidarité, nous ferons une analyse des besoins sociaux. Pour l’antenne de la Mairie, aux Blagis, il y aura une antenne de « Femmes sans Frontières » et de Hauts de Seine Habitat.

 Intervention de Mr Durand, délégué aux Finances, sur le DOB

La présentation de Mr Durand peut être téléchargée sur le site de la ville :

http://www.fontenay-aux-roses.fr/vie-citoyenne/le-conseil-municipal/les-reunions-du-conseil-municipal.htm

Le DOB doit maintenant avoir une présentation pluriannuelle. pour 2016-2020.

La masse salariale représentait 16.5 M€ en 2005 et 19.8 M€ en 2015. En 2014, le budget de fonctionnement est devenu négatif, compte-tenu de la baisse de la DGF (Dotation Globale de Fonctionnement) de l’Etat.

Le chèque du CEA (9.5 M€) obtenu par l’ancien Maire, Mr Buchet a été en partie utilisé (5.6 M€) pour financer une baisse de 30% des tarifs des cantines et des Centres de Loisirs, en 2013-2014, et surtout des remboursements d’emprunts, ce qui a ramené la dette fin 2015 à 20 M€ au lieu de 24 M€ en 2012. La charge de la dette est aussi diminuée à 650 k€ dans le budget de fonctionnement. En 2015, il y a eu environ 1 M€ de dépenses non réalisées et environ 1 M€ de recettes en plus, en partie due à une dynamiques des bases locatives de + 500 k€, ce qui permet de garder un solde positif pour le budget 2015. Par contre, le besoin de financement de la section investissement est de 1.8 M€ et ce besoin ne pourra pas être comblé comme auparavant par un excédent du budget de fonctionnement.

Quelles sont les incidences des décisions de l’Etat sur les finances de la commune pour la période 2016-2020 ?

- Baisse de la DGF : 700 k€ / an
- Mise en place des NAP : 300 k€ /an
- Accès PMR batiments communaux : 800 k€ /an
- Municipalisation des crèches : 400 k€ / an

Il y aura un déficit de l’épargne nette de 2.3 M€ fin 2020 qu’il faudra combler. Dès 2018, la ville serait dans une impasse financière, pour des problèmes de trésorerie. 

Quel est le cadrage financier pour l’année 2016 ?

- des dépenses de personnel stabilisées à leur niveau de 2015 (19.9 M€) : non renouvellement systématique des départs, et diminution des vacataires et heures supplémentaires, baisse effective de 200 k€ de la masse salariale, car environ 200 k€ pour la mise en oeuvre de la mutuelle. Effort important sur la formation.
- baisse des subventions de l’Etat de 890 k€ : 750 k€ pour la DGF et 120 k€ pour la petite enfance

Plan PluriAnnuel d’Investissement pour les batiments communaux par Mr Lhoste, élu responsable des batiments.

La présentation peut être téléchargée sur le site de la ville :

http://www.fontenay-aux-roses.fr/vie-citoyenne/le-conseil-municipal/les-reunions-du-conseil-municipal.htm

Fontenay possède 41 batiments: 35 appartiennent à la ville, 6 à l’agglomération. Pour la commune cela représente 52700 m2, dont 36 % pour le scolaire, 19 % pour le sport, 14 % pour l’administration. L’agglo Sud de Seine gère 6300 m2, dont 75 % pour la culture 14 % pour le sport.

L’age moyen des batiments est de 54 ans. La grosse période de construction est de 1960 à 1990. La plupart ont des caractéristiques correspondant à leur age : mauvaise isolation thermique et phonique, écart important par rapport aux normes actuelles; dont présence amiante.

Le but du PPI est de résoudre les problèmes liés à l’age des batiments, en particulier :

Répondre à la demande d’équipements publics suite à la réalisation d’opérations immobilières

–        Création de salles de classe
–        Rénovation et agrandissement de la crèche des Pervenches
–        Construction d’un nouvel équipement polyvalent

Améliorer le confort et la sécurité dans l’utilisation des équipements

–        Création d’un préau couvert (école Scarron)
–        Confortement de l’école Jean Macé
–        Modification de l’accès à l’école de La Roue
–        Rénovation de salles de classes (Rotonde de l’école Jean Macé)
–        Extension du gymnase des Pervenches
–        Rénovation du gymnase du Parc
–        Création d’un club House pour la section ASF Rugby

Rationaliser et optimiser le fonctionnement des services et valoriser l’image de la ville

–        Rénovation de la salle des mariages de l’Hôtel de Ville
–        Réaménagement de la mairie
–        Démolition de la tribune du stade du panorama et création d’un bâtiment de stockage

Pour chaque travaux, la ville fera appel à des subventions. Le cout global pour la ville sera de 16 M€ pour 2016-2020 avec pour 2016, 2.7 M€. Rien que le cout pour l’accès PMR représente 4.9 M€ pour la ville (800 k€/an)

Plan PluriAnnuel d’Investissement pour la voirie par Mr Chambon, élu responsable de la voirie et des espaces verts

La présentation peut être téléchargée sur le site de la ville :

http://www.fontenay-aux-roses.fr/vie-citoyenne/le-conseil-municipal/les-reunions-du-conseil-municipal.htm

La ville a actuellement 32 km de voies publiques, dont :

• 26 km de voies communales, 128 voies
• 6 km de voies départementales, 10 voies

Le montant de ce PPI est de 22,5 millions d’Euros sur 5 ans, dont une grande part est financée par des subventions ou des prises en charge dans le cadre du contrat départemental, par le SIPPEREC, le STIFF et d’autres dispositifs à hauteur de 13,6 millions d’Euros. Le reste à charge pour la ville sera de 9 M€ environ sur 5 ans.

Pour définir ce PPI, les services de la ville se sont appuyés sur différents diagnostics, soit effectués par la ville, soit par des prestataires avec lesquels la ville travaille. Nous avons aussi travaillé au niveau des 5 quartiers de Fontenay-aux-Roses : Blagis-Gare, Ormeaux-Renards, Pervenches-Val Content, Parc-Centre ville et Scarron-Sorrières. Les situations et les besoins d’investissements ne sont pas les mêmes d’un quartier à l’autre.

Ces investissements vont porter sur les types de travaux suivants :

  • L’enfouissement des réseaux aériens et l’éclairage public : il s’agit des réseaux d’alimentation en électricité, dispositif dont le financement est pris en charge par ERDF et le SIPPEREC jusqu’en 2019. En ce qui concerne les réseaux de télécommunication et de l’alimentation de l’éclairage public, le financement est partagé entre la ville et la communauté d’agglomération. 25 voies  restent à enfouir sur les 26 voies communales que compte Fontenay-aux-Roses.
  • La rénovation des réseaux d’assainissement : un schéma directeur établi en 2008 a identifié 23 voies à rénover. Le financement de cette rénovation est assuré par la communauté d’agglomération.
  • Les aménagements urbains : 4 opérations importantes sont planifiées sur la ville (place de l’Église, place de la Cavée, place du Général De Gaulle et Parc Laboissière), inscrites dans le contrat départemental 2016 – 2018. Les travaux prévus dans le PPI dnas le cadre de ces aménagements urbains concernent la rénovation des revêtements de chaussée et des trottoirs, la rénovation de l’éclairage public.
  • La rénovation de l’éclairage public : ces travaux concernent le remplacement des équipements d’éclairage public dans le cadre des enfouissements des réseaux, le remplacement des luminaires équipés de lampes à vapeur de mercure (interdites à la vente) et le remplacement de matériels anciens et peu performants (mise en place de lampes LED).
  • La mise en accessibilité des arrêts de bus : Il s’agit de mettre aux normes d’accessibilité aux personnes à mobilité réduite 19 arrêts de bus (création d’un quai, déplacement du mobilier urbain, reprise des revêtements). Le financement est pris en charge par le STIF à hauteur de 75%.
  • La rénovation des revêtements des chaussées et trottoirs : les services techniques de la ville ont réalisé un diagnostic pour catégoriser l’état des chaussées et des trottoirs en 4 groupes (neuf, bon, moyen, mauvais). La moitié des rues de notre ville sont rangées dans les deux dernières catégories. Les travaux de rénovation concernent en priorité la rénovation des tronçons catégorisés comme mauvais. Les quartiers dont les rues sont le plus en mauvais état sont Ormeaux-Renard, Parc-entre Ville et Scarron-Sorrières.

Plan PluriAnnuel d’Investissement pour l’informatique par Mr Lafon, maire adjoint aux technologies

La présentation peut être téléchargée sur le site de la ville :

http://www.fontenay-aux-roses.fr/vie-citoyenne/le-conseil-municipal/les-reunions-du-conseil-municipal.htm

 Etat des lieux du système d’information
Moyens humains et financiers :
- 1 responsable + 1 technicien et 1 assistant utilisateur
- 1 poste ouvert depuis le départ de la directrice en juillet 2013
- Peu de recours aux prestataires pour les déploiements, la gestion du parc et des serveurs
- Budget stable depuis 5 ans environ 170K€ hors masse salariale, 75K€ investissement (ville + écoles)
 Environnement :
- 252 PC dont 120 répartis sur 13 sites distants pour la mairie
- 190 postes dans les écoles (parc très hétérogène et chronophage)
- 9 serveurs, 108 imprimantes dont 58 en réseau
- 25 logiciels métier installés + bureautique Microsoft Office / Libre Office / Open Office
 La question de la gestion de la téléphonie:
- Enjeux de la téléphonie aujourd’hui gérée pour partie par la DSTM (matériel, portable et installation/maintenance) et pour partie par l’informatique (paramétrage autocom)
- Si le transfert intégral à l’informatique parait opportun, la question de la capacité à prendre en charge (moyen humains et compétences) est posée
 Synthèse des risques opérationnels
 Infrastructure vieillissante et obsolète entrainant des risques de sécurité
 Perte de données importante en cas de problème technique (virus, casse…)
 3 semaines pour reprendre l’activité en cas de défaillance lourde
 Logiciels métiers et bureautiques obsolètes
 Impossibilité de travailler à distance et en transversalité
 Niveau de service offert non adapté aux enjeux de modernisation
Planning des investissements : 530 k€ en 2016, 250 k€ en 2017, puis 150 k€/an

 Rapport d’activités des services de la ville pour l’année 2015 et les prévisions pour 2016

Le rapport peut être téléchargé sur le site de la ville :

http://www.fontenay-aux-roses.fr/vie-citoyenne/le-conseil-municipal/les-reunions-du-conseil-municipal.htm

Ce rapport d’activité, réalisé pour la première fois à Fontenay donne l’organigramme des services de la ville :

  • Cabinet du maire
  • Direction générale des services
  • Pôle population
  • Pôle Ressources
  • Pôle proximité
  • Pôle enfance et petite enfance
  • Pôle services techniques et aménagement

Pour chaque service, il donne les éléments suivants :

  • LES MISSIONS
  • LES MOYENS HUMAINS ET MATERIELS
  • CHIFFRES CLES ET REALISATIONS MARQUANTES DE L’ANNEE 2015
  • LES PROJETS DE L’ANNEE 2016

Cela donne une foule de données et de chiffres qui montre ce que représente une entreprise comme celle d’une ville.

Association CIVIFAR : Compte-rendu de la réunion publique sur la Cuisine Centrale et Restauration Scolaire à Fontenay

L’association CIVIFAR a organisé une réunion publique le 17 Février sur la Cuisine Centrale et Restauration Scolaire à Fontenay

L’objectif de cette réunion était d’informer les Fontenaisiens sur ce sujet, et de réfléchir ensemble aux évolutions possibles de la restauration municipale, pour qu’elle réponde au mieux aux besoins des enfants et des autres usagers.

En plus du Compte-rendu, la réunion a permis de définir une liste des questions posées lors de la réunion qui demandent une réponse de la part de la municipalité.

Elle a été envoyée à Suzanne Bourdet, Maire-adjoint aux Affaires scolaires, Périscolaires et à l’Enseignement qui a fait une réponse aux questions posées.

Sommaire du Compte-Rendu :

1 – Introduction par CIVIFAR, rappel des règles à suivre pour une réunion utile et constructive.
2 – Historique de la création de la cuisine centrale par Jacqueline Segré
3 – Présentation de l’état des lieux de la restauration municipale actuelle
4 – Point de vue des associations de parents d’élèves, des parents des enfants et des usagers sur le fonctionnement actuel.
5 – Différentes formes juridiques de fonctionnement de la restauration municipale (Iris Chanaud)
6 – Exemples de fonctionnement dans d’autres communes
7 – Quelles évolutions possibles à Fontenay ?
8 – Conclusions
9 – Liste des questions posées lors de la réunion qui demandent une réponse de la part de la municipalité
Annexe A : Restauration scolaire dans les communes voisines

Pour télécharger le Compte-rendu, rendez-vous sur le site de l’association CIVIFAR :
Site : http://www.civifar.fr
Sur le site, également la Liste des questions posées lors de la réunion qui demandent une réponse de la part de la municipalité ainsi que les réponses apportées par Mme Bourdet, Maire-adjoint aux Affaires scolaires, Périscolaires et à l’Enseignement
Si vous avez des remarques ou des questions complémentaires, vous pouvez les adresser à l’adresse e-mail : asso.civifar@gmail.com

SITUATION DU THEATRE A FONTENAY-AUX-ROSES

Lors de la soirée de présentation de la saison 2015-2016, l’intervention de l’Association des Amis du Théâtre des Sources et du Cinéma Le Scarron a été diversement appréciée. Si celui qui a lu la déclaration a reçu des manifestations de soutien, il a aussi été agressé avec une véhémence étonnante, qui reposait assurément sur une mauvaise écoute et un malentendu.

Quelques mois plus tard, il est possible d’essayer de faire le point. Nous avions rappelé les principes fondateurs de notre association et dit nos inquiétudes. Les principes fondateurs demeurent, nos inquiétudes aussi, sans doute aggravées.

Sur le plan de la politique municipale générale, il est clair que le Théâtre n’est pas une priorité. Pourquoi le serait-il d’ailleurs ? Mais si on compare Fontenay et Chatillon, ce qui évite une stérile polémique droite/gauche, il est évident que le théâtre à Chatillon jouit d’une autre considération que celle dont il bénéficie à Fontenay, et que son statut dans la cité n’est pas le même.

J’ai de bonnes raisons de penser et de savoir que la nouvelle équipe ne souhaitait pas recevoir en héritage ce théâtre tel que les choix idéologiques (de gauche) et esthétiques des équipes en place lui avait donné visage.

Cela étant, il faut dire que la nouvelle équipe municipale  a « joué le jeu » et, aux prises avec des difficultés budgétaires générales, a fait en sorte que le Théâtre des Sources puisse continuer à vivre en suivant la ligne générale qui était la sienne.  Ce qui explique que le CA du Théâtre n’a pas été un lieu de conflits. Madame Guilleminot, adjointe au Maire à la culture, a fermement défendu l’activité du théâtre et a permis à la directrice Laurence Ackerman de construire librement son programme, dont le succès s’est traduit par une augmentation du nombre des abonnements.

Donc, d’une certaine manière, la saison se déroule bien. Cependant les conditions dans lesquelles fonctionne notre établissement public sont de plus en plus difficiles. Insuffisante en nombre l’équipe artistique et administrative est surchargée de travail ; cette surcharge a entrainé une démission, un départ, des arrêts pour cause de maladie à répétition. La directrice elle-même est arrêtée depuis la rentrée de janvier. Sans doute grâce à l’appui de la municipalité la secrétaire administrative  a  pu être remplacée. Il n’en reste pas moins que l’équipe de huit est actuellement réduite à trois.

La question est : où en est la préparation de la prochaine saison ? Il a été question d’un interim de direction, mais c’est plus une rumeur qu’une assurance. Peut-être si elle lit ces quelques lignes Madame Guilleminot pourra-t-elle nous éclairer.

Pour ce qui est d’un avenir plus lointain, Monsieur le Maire a évoqué en public à plusieurs reprises l’éventualité d’une mutualisation avec un théâtre voisin qui pourrait être celui de Chatillon. J’ai demandé dans un courrier électronique à Madame Guilleminot quelle était sa position sur cette éventualité. Elle ne m’a pas (encore) répondu et sans doute lui est-il difficile de le faire à titre personnel.

L’idée d’une mutualisation peut conduire à envisager deux possibilités.

S’il s’agit d’un strict problème de gestion financière des deux établissements cela peut être une opération de rationalité économique qui aurait ses avantages.

Mais, et c’est notre inquiétude, ce pourrait être une situation assez banale où le gros (Chatillon) dévorerait le petit (Fontenay). Les Sources deviendraient une annexe de Chatillon, une salle n°2 de notre voisin. Y aurait-il encore une autonomie du théâtre? Y aurait-il encore une billetterie à Fontenay ? Y aurait-il encore présence d’une équipe permanente avec rencontre et accueil du public ? N’y aurait-il plus que quelques spectacles de temps à autre ? Ou aurions-nous un lieu désert, une coquille vide seul le cinéma survivant ?

Nous n’entendons pas faire un procès d’intention, mais le mieux serait que nous disposions d’informations claires, ce qui nous éviterait un jour de nous retrouver devant le fait accompli.

Au début de sa mandature Monsieur le Maire avait dit son souhait d’une programmation « rentable ». Il souhaitait des spectacles phares qui permettraient de vendre des places à un prix élevé. Il souhaitait aussi une programmation réduite. Peut-être sa façon de voir a-t-elle évolué avec l’exercice du pouvoir et à l’épreuve de la réalité, même s’il continue d’évoquer fréquemment le coût du théâtre. Notre expérience d’administrés nous a appris que de telles évolutions sont possibles : monsieur Buchet au cours de ses années de gestion a beaucoup appris et il a su évoluer sur certaines questions.

Il est certain qu’un théâtre public ne peut vivre sans une saine et rigoureuse gestion. Mais il saurait en aucun cas devenir une machine à profit.  C’est la possibilité de l’amorce d’une telle dérive que nous redoutons. Mais nous souhaitons que cette crainte apparaisse vaine et nous n’hésiterions pas alors à reconnaître que nous aurions nourri de très injustes soupçons à l’égard de l’équipe municipale en place.

Guy BRUIT,

pour les Amis du Théâtre des Sources et du Cinéma Le Scarron.