Pourquoi la ville de Fontenay va être pénalisée pour la création des micro-crèches ?

Le Parisien 92 nous apprend que la Caisse d’Allocation Familiale a mis en place de nouvelles règles nationales concernant les aides qui accompagnent la création de « micro crèche » de moins de dix berceaux et que la ville de Fontenay aux Roses déjà déficitaire allait être pénalisée.

L’article du Parisien : http://www.leparisien.fr/hauts-de-seine-92/hauts-de-seine-les-micro-creches-tirent-un-trait-sur-les-subventions-de-la-caf-27-01-2019-7998132.php

En effet de nouvelles règles du neuvième « plan crèche » pénalisent les communes du département Hauts de Seine. Dorénavant, les projets de création de micro-crèches éligibles aux 110 000 € de subvention de la Caf sont réservés aux territoires dont le taux de couverture moyen en mode d’accueil est inférieur à 58%. Les chiffres pris en comptes sont ceux du département, et les Hauts-de-Seine ont un taux de 64,2%.

Vous pouvez retrouver les taux de couvertures de toutes les communes de France sur le site de la CAF ici :

http://data.caf.fr/dataset/taux-de-couverture-global/resource/e30861ce-caaa-4b0a-8864-266c2cf89c9e?view_id=db98ea1e-30f3-4963-91fe-9e168d6a4eda

A noter que les chiffres de la CAF disponibles en open data et sur lesquels le Parisien s’est appuyé ne sont accessibles que jusqu’à 2016. Il nous manque donc les chiffres 2017 et 2018.

D’après ce tableau, le taux de couverture de Fontenay aux Roses, était de 52.9 % en 2013, 54.2 % en 2014, 60.6 % en 2015 et 56.3 % en 2016.

La baisse actuelle depuis 2015 correspond à la fermeture de la crèche Fleurie (60 berceaux). Cela  posera un problème si la population de Fontenay augmente.

Pourquoi les trottoirs de certaines rues de Fontenay ne sont elles pas déneigées ?

Un riverain, habitant dans le sud de la ville s’insurge :

« Juste pour vous alerter sur un problème très récurent à Fontenay en période de neige, je dirai même systématique. Les trottoirs de la ville sont complètement gelés, au points que les passants sont souvent victimes de blessures graves, nécessitant l’interventions des pompiers. Après plusieurs appels passés au service technique de la mairie ce matin, la seule réponse donnée est que le déneigement des trottoirs est de la responsabilité des habitants. Franchement c’est inadmissible comme réponse !!!!! la ville se déchargent complément de ce sujet !!! en mettant la responsabilité sur « l’incivilité des riverains » (dixit la responsable technique), qu’en est-il des seniors isolés, je me pose la question si la personne est à même à aller accomplir cette tâche toute seule, et puis quoi encore !!! il n’y a pas de maison ou immeuble à chaque trottoirs !!!! quand la mairie va-t-elle faire son travail de déneigement ! tous les ans c’est le même bazar !!!! malgré les alertes de la météo !! le service technique de la ville ne fait pas son travail !!! 

NEJJARI Nisrine, « 

ExplicationsEn cas d’épisode neigeux, la Ville de Fontenay-aux-Roses met en action son plan neige  : https://www.fontenay-aux-roses.fr/15-570/fiche/fontenay-aux-roses-active-son-plan-neige.htm

Des bacs à sel et à sable sont mis à la disposition des Fontenaisiens aux principaux carrefours. Le civisme des riverains reste indispensable pour dégager les trottoirs devant leur habitation et les voies privées (consultez l’arrêté portant obligation de déneigement des trottoirs en période hivernale). Les propriétaires ou locataires principaux doivent dégager un passage pour les piétons avec une largeur minimale d’un mètre sur le trottoir. 

Le plan neige a pour vocation d’assurer, par ordre de priorité :

- la sécurisation des voies principales ainsi que, par ordre de priorité, les autres voies ;
- le traitement des accès piétons aux abords des écoles et autres bâtiments recevant du public.

En cas d’épisode neigeux, la Municipalité sollicite tous les moyens matériels et humains pour effectuer, dans la mesure du possible, un salage préventif et pour mettre en application son plan neige.

Pour cela, la Ville de Fontenay-aux-Roses est équipée de deux saleuses pour le salage des voiries. Ce matériel peut être amené à circuler jour et nuit. Des équipes à pied, réparties sur sept secteurs distincts, effectuent, en journée et par priorité, le salage des trottoirs aux abords des équipements publics.

=> Il faut croire que l’esprit civique des Fontenaisiens ne suffit pas. Certaines rues ont les trottoirs bien nettoyés par les riverains, en particulier, là où il y a des immeubles, mais dans les quartiers de zones pavillonnaires, cela n’est pas suffisamment effectué.

Exposition : « Quand la nature inspire l’homme » à la Médiathèque, du 2 au 23 Février

 

Dans le cadre de la Science se livre 2019 organisée par le département des Hauts-de-Seine sur le thème des relations humain-animal, la médiathèque accueille une exposition en partenariat avec le Jardin des Sciences de Dijon, l’artiste Fontenaisien Fabrice Charbonnier et le club photo de l’ASCS de Fontenay-aux-Roses.

Depuis des milliards d’années, les êtres vivants s’adaptent aux différents milieux dans lesquels ils évoluent. L’homme observe et s’inspire de la nature, c’est ce qu’on appelle la « bio inspiration ». Du velcro de nos chaussures à la combinaison du nageur, la bio inspiration permet d’innover tout en respectant l’environnement.

Cette exposition bénéficie d’une mise en scène originale et ludique, adaptée à un public  familial.  Elle  permet d’explorer à partir d’exemples concrets, la richesse des formes, matières, procédés, fonctionnements de la Nature et  de comprendre comment les humains peuvent s’en inspirer dans le but d’un développement durable des sociétés.

Lieu :  Médiathèque 6 place du Château Sainte Barbe

Site web : https://www.mediatheque-fontenay.fr/

Place du General de Gaulle : Commentaires de Mr Sassot sur la livraison des nouveaux arbres : L’emballage est une chose, le contenu importe aussi !

Un mois après Noël, les lutins ont livré aujourd’hui des paquets bien ficelés sur la place du Général de Gaulle dénudée: rubans jaunes à foison, emballage solide… des arbres prêts à planter.

Comme le Père Noël ne communique jamais avant de livrer, son correspondant local pas davantage : l’espèce ou la variété reste une surprise pour les Fontenaisiens.

Faites mine de vous extasier, dites merci et résistez à la tentation d’échanger le cadeau même s’il n’est pas à votre goût…  Surtout une fois planté.

Reste à organiser un suivi sanitaire individuel, prévoir un remplacement programmé et progressif plutôt qu’abrupt et désespéré, protéger contre les vandales et renoncer à agrafer les arrêtés municipaux sur les arbres etc.

Parce que les administrés sont co-propriétaires du bien public, ils y veilleront à n’en pas douter et exigeront à chaque mandature que l’engagement soit reconduit.

Car les arbres se gèrent au long cours et non comme du mobilier urbain !

Sereinement, cette fois-ci.

Olivier SASSOT

Les travaux de terrassement du futur parc La Boissière

Le futur Parc La Boissière est situé entre l’avenue Dolivet, en face du Théatre et le l’ancienne façade du Château La Boissière, classée monument historique.

Il y a un cheminement qui est prévu pour traverser le parc. 

Des arbres ont été abattus, d’autres comme des chênes anciens ont eu leurs racines coupées.

Pourquoi le nouvel emplacement de l’arrêt des bus 194/394/594 Mairie de Fontenay crée des embouteillages supplémentaires sur la rue Boucicaut ?

Voilà ce qui est prévu pour l’aménagement de la place de Gaulle : une continuité entre le parvis de la mairie et le reste de la place de Gaulle pour pouvoir circuler à pied entre les deux.

L’arrêt des bus devait être déplacé pour être mis avant la place.

Encore faut-il que ce nouvel emplacement respecte les normes pour le bus qui vont marquer l’arrêt Mairie de Fontenay et qu’il ne crée pas des embouteillages supplémentaires sur la rue Boucicaut, alors qu’auparavant l’arrêt des bus ne gênait pas la circulation des voitures.

Pour cela, un trottoir d’une largeur supplémentaire pour mettre un abri bus a été rajouté pour s’aligner avec la largeur des places de stationnement des voitures.

Ceci fait que toute la circulation est arrêtée, lorsque qu’un bus s’arrête. Cela vient en supplément des camions de livraison ou des poubelles qui bloquent également la circulation.

L’arrêt des bus n’est pas aux normes, en particulier PMR

Source : http://www.hauts-de-seine.fr/fileadmin/PDF/Cadredevie/Transports/Fiche_pratique_releve_accessibilite_PMR_arrets_de_bus.pdf

  • 18 cm de bordure de quai
  • Une aire de rotation de 150 cm
  • Longueur L : 15 à 18 m au lieu de 12 m actuellement

Qu’est-ce qui était prévu pour le parvis de la mairie dans le projet soumis à concertation ?

Voilà ce qui était prévu pour le parvis de la mairie dans le projet soumis à concertation, fin 2017.

Il s’agissait d’espaces jardinés permettant un accès facile à la mairie.

Comment se fait que ce projet a été changé en un « Miroir d’eau » de grande surface ?

Voilà ce qui est en construction actuellement

Comme cela été évoqué dans un article précédent, le coût des travaux pour ce miroir d’eau est d’environ 200 000 € et on sait que le coût d’entretien d’un bassin est très élevé et peut atteindre 20 % du coût de l’installation, alors que les espaces jardinés peuvent être entretenus par le service des Espaces Verts.

L’abattage des marronniers de la Place de Gaulle le 16 Janvier 2019

Même s’il était prévu dans le bilan de la concertation sur l’aménagement de la Place de Gaulle :

Bilan de la concertation : https://www.fontenay-aux-roses.fr/1576/bilan-de-la-concertation.htm

Le maintien de la végétalisation

  • Renouvellement des arbres malades et nouvelles plantations
  • Végétation au sol (biodiversité et rafraichissement) côté est
  • Bacs mobiles sur la place du château
  • Continuité « verte » vers le parc Laboissière

L’abattage des marronniers de la Place de Gaulle a été effectué le 16 Janvier 2019, sans aucune annonce préalable.

Ces arbres faisait partie d’un ancien espace boisé classé (EBC) qui a été déclassé, par la municipalité actuelle, lors du PLU. Cet EBC faisait encore l’objet d’un recours administratif.

Les arbres qui ont été abattus ont été marqués à l’avance, d’une croix orange. 

Crédit Photos et vidéo : Michel Faye

 Si certains arbres avait le tronc affecté, certains autres étaient sains.

Certains ouvriers travaillaient sans casque.

Voilà la vidéo de l’abattage d’un arbre : 

Une rangée d’arbres coté Est n’a pas été abattue.

La Place parait maintenant nue. Est-ce qu’il faudra attendre la fin des travaux de la Place pour qu’elle soit à nouveau plantée ?

Au 1er juillet 2019, les véhicules porteurs d’une pastille Crit’Air 5 ne devraient donc plus pouvoir circuler à l’intérieur du périmètre de l’A86

Source : http://www.leparisien.fr/hauts-de-seine-92/hauts-de-seine-72-000-vehicules-polluants-concernes-par-la-zone-a-faibles-emissions-14-01-2019-7988319.php

Cette interdiction décidée par la Métropole du Grand Paris devrait entrer en vigueur au 1er juillet 2019. Toutefois, les sanctions ne devraient pas commencer avant septembre 2021.

Le 12 novembre, la Métropole du Grand Paris a étendu la zone à faibles émissions (ZFE), déjà appliquée dans la capitale, à l’intérieur du périmètre de l’A86.

Source des données de l’article : Ministère de la Transition écologique, Insee, APUR, avril 2018

Pour voir les routes débarrassées de ses plus gros pollueurs (diesels immatriculés avant 2001 et essences avant 1997), encore faut-il que les maires prennent d’ici-là un arrêté confirmant la prohibition.

A Fontenay, il y a presque 11 000 véhicules immatriculés (voitures, camionnette, camion, camping-car, motos, scooter). 461 sont classés Crit’Air 5, soit 4.2 % des véhicules.

Commentaires de Mr Olivier Sassot, après l’abattage des marronniers de la Place de Gaulle

C’est la place arborée du Général de Gaulle qui m’a incité à m’installer à Fontenay il y a plus trente-cinq ans: trop heureux de trouver une place de village en région parisienne !

A chaque mandature, ses coups-bas: un premier projet de place dallée combattu par les Fontenaisiens, puis l’abandon des élagages, le non-remplacement des arbres malades ou en fin de vie, 3 abattages pour un arrêt de bus déplacé mais aujourd’hui revenu à son emplacement initial, l’étranglement d’un arbre pour un coffret électrique, des branches cassées par les forains et les camions hors gabarit enlevant le verre recyclé et celui du fleuriste, absence de poursuite du commerçant du marché testant son nouveau sécateur à manches, des clous plantés par les brocanteurs, des incendies de voitures, de l’acide de batterie renversé, autant de malveillances restées impunies et, surtout, l’absence de calendrier d’entretien et remplacement périodique des arbres.

Le résultat ? les marronniers ont été abattus aujourd’hui, même les sujets sains plantés récemment. A votre avis: tous malades ou négligés et laissés sans soins ?

J’aurai pourtant tout essayé: courriers restés sans réponse aux municipalités successives, pétition en ligne et sur la place et même recours gagné devant le Tribunal administratif pour les kiosques édifiés en remplacement d’un arbre abattu à cet effet etc.

Les alignements d’arbres installés par nos Anciens pour l’agrément des usagers d’aujourd’hui sont désormais à terre: la place restera sans ombrage pendant des décennies, au grand dam des enfants prenant leur goûter à la sortie de l’école. Les seniors devront chercher d’autres bancs pour passer le temps à l’ombre. Les uns ne votent pas encore, les autres moins qu’avant, pense l’élu. Le mal est fait.

Aujourd’hui, la place est nue et mon cœur saigne.

Bien aventureux celui qui nous fera croire qu’arbustes et massifs de fleurs apporteront le même agrément.

Olivier SASSOT