Réunion de l’Union Associative Fontenaisienne (UAF) lundi 27 mai 2019 de 20h 30 à 22h 30 Salle municipale de l’Eglise

Ordre du Jour :
- Actualités municipales
- Comment connaitre les caractéristiques des transactions immobilières à Fontenay en quelques « clic »
- Urbanisme, aménagements de Voirie, aggravation de la densification
- Les projets des promoteurs à Fontenay : point au 27 mai 2019
- Points sur les différents recours gracieux et contentieux en cours,
- ZAC des Blagis
- Abattage d’arbres à Fontenay
- Circulation, stationnement, transports, état des lieux
- Lutte contre la pollution de l’air
- Périscolaire

Michel Faye
Président de l’Union Associative Fontenaisienne
Mail : union.associative.fontenaisienne@orange.fr

La rénovation du quartier des Paradis : exposition et visite sur place le samedi 22 juin

Lancée par la municipalité et le bailleur social Hauts-de-Seine Habitat, le projet des Paradis est désormais porté par l’Établissement public territorial (EPT) Vallée Sud – Grand Paris, lequel pilote la Zone d’Aménagement Concerté. La ZAC va permettre de concrétiser le projet de transformation du quartier, de l’aménager et l’équiper pour répondre aux besoins de la population. Elle s’accompagne d’une concertation légale auprès des habitants du quartier et de l’ensemble des Fontenaisiens. Des rencontres publiques ou encore une exposition itinérante sont programmées dès à présent et jusqu’’à l’été pour informer sur le projet :

- Exposition de six panneaux sur le projet à partir du 7 mai à la Maison de quartier des Paradis puis au Fontenay Scope à côté de l’Hôtel de Ville, avec à disposition un registre de concertation publique pour faire part de toute observation
- Réunion publique suivie d’une visite du périmètre de la ZAC : samedi 22 juin de 14h à 17h (ouverte à l’ensemble des Fontenaisiens et des habitants riverains de la ZAC, de Sceaux, Bagneux et Bourg-la-Reine, inscription préalable par mail sur concertation@etat-desprit.fr)
- Mise à disposition du projet de dossier de création de ZAC en mairie à partir de juillet 2019

Plus d’infos : Renouveau des Paradis 

Privatisation des Aéroports de Paris (ADP), un Fontenaisien a écrit à notre député, Mr Bourlanges, et discute le fond de l’affaire.

Suite à la décision du Conseil constitutionnel d’autoriser la mise en route d’une procédure de Référendum d’Initiative Partagée (RIP) à propos de la vente d’ADP, ci-joint un courrier envoyé par un Fontenaisien à son député en février, qui discute le fond de l’affaire :

Monsieur notre député,
Je pense que ce n’est pas une bonne idée que de vendre ADP à une société privée. Ayant passé 40 ans dans l’industrie
aéronautique comme ingénieur et cadre supérieur, je me permets de vous donner un avis.
1. ADP, 1er exploitant mondial d’aéroport (Les Echos du 15 février), est une entreprise d’importance vitale pour le pays: c’est une
clef du tourisme pour la ville de Paris et la base principale d’Air France. La gestion des créneaux de vols et des taxes
d’atterrissage, bien sûr avec la DGAC, sont des éléments critiques pour Air France. La fin de l’A380 décidée par Airbus est une
illustration de cette bagarre sur les créneaux: si Emirates, client principal pour l’A380, a décidé d’annuler un certain nombre de
commandes pour cet avion, c’est très certainement parce que l’Etat lui a refusé des nouveaux créneaux en France, bien sûr à la
demande d’Air France et de son nouveau patron. Ce que ne dit plus la presse bien sûr!
2. ATP va devoir se développer encore dans les années à venir. On parle actuellement de la construction d’une nouvelle
aérogare, qui suscite déjà des polémiques avec les riverains. Il paraît évident que l’opinion sera beaucoup moins encline à
autoriser cette construction au bénéfice d’une société privée, plutôt qu’a un opérateur public. Voir ce qui s’est passé à Notre
Dame des Landes. Par ailleurs ces extensions sont un facteur primordial de développement comme on peut le constater avec
Londres Heathrow, bloqué dans son expansion à deux pistes par les riverains. Pour info, CDG dispose de quatre pistes
parallèles. On peut aussi noter qu’Heathrow est la destination la plus importante des A380. Et pourquoi donc?
3. Je n’aurais pas la méchanceté de rappeler l’exemple pitoyable bien connu des négociations avec les autoroutes. Négociations
dans lesquelles Emmanuel Macron lui-même s’est fait piéger avec Ségolène en acceptant des prolongations déraisonnables…
On peut aussi citer aussi le pataquès de l’aéroport de Toulouse dans lequel un gouvernement avait promis la majorité à terme à
un chinois, promesse qu’heureusement un autre gouvernement a refusé d’honorer. Ce qui a conduit ledit chinois à sortir … avec
une belle plus-value!
4. La réalité économique fait qu’aucune entreprise privée n’est capable de planifier des investissements à aussi long terme (on
parle de 60 ans) sauf exceptions évidemment (mines, énergie). Pour des projets de très long terme, seul l’État a la capacité à
prendre le risque, parce qu’il dispose des moyens de changer le contexte. L’Etat est aussi son propre assureur. Et donc dans une
négociation entre une entreprise privée et l’État sur des échéances aussi longues, la société privée va mettre – pour légitimement
défendre son intérêt et prendre des marges pour les aléas – tellement de garde-fous et de protections que l’État ne pourra jamais
s’y retrouver. Toutes les clauses de revoyure périodique et de pression sur les prix que l’on peut imaginer n’ont aucune chance de
permettre de conclure un deal. Il ne faut pas oublier que dans l’entreprise privée il y a des comptes à rendre, et que nos
fonctionnaires et nos politiques changent suffisamment rapidement pour ne pas avoir à assumer les décisions auxquelles ils ont
contribué. En ce sens, ils ne peuvent pas être vraiment accountable. Cela n’enlève rien à leur qualité, ni à leur génie à inventer
des moutons à cinq pattes pour convaincre leurs ministres. Hélas!
5. Il s’agit d’une promesse de campagne… Donc c’est sacré! On peut voir cette promesse de deux façons. D’un côté, il y a le
souci de donner à une entreprise française du BTP majeure une assise financière avec des ressources stables et prévisibles. En
quelque sorte il s’agit – et c’est positif – de la renforcer dans le concurrence internationale. De l’autre on peut imaginer la volonté
de dédommager VINCI du fiasco de Notre Dame des Landes… Mais au fait, la limitation à 80 km/h était-elle une promesse de
campagne?
Je me tiens à votre disposition pour tout complément.
Cordialement.
Michel Bayet

Les maîtres nageurs des piscines du Territoire Vallée Sud Grand Paris dénoncent leurs mauvaises conditions de travail

Source : Le Parisien 92 du 9 Mai : http://www.leparisien.fr/hauts-de-seine-92/montrouge-les-maitres-nageurs-ont-le-blues-09-05-2019-8068974.php#xtor=EREC-1481423605-[NL92]—${_id_connect_hash}@1

Des maîtres nageurs, des représentants du personnel de Vallée Sud Grand Paris (VGSP), gestionnaire des piscines du territoire, ont tracté ce jeudi midi devant l’Aquapol de Montrouge, dans le cadre de la grève nationale. « Nous sommes catastrophés par le management à la dure, les pressions… Les employés n’en peuvent plus », rapporte une représentante de l’Unsa.

Elle évoque l’exemple d’un maître nageur contraint d’ouvrir les bassins alors qu’il était seul – au lieu de deux – pour les surveiller.

Puis un autre cas où les maîtres nageurs ont dû batailler pour obtenir la fermeture de la piscine de Fontenay-aux-Roses une journée, le temps de faire intervenir un technicien pour réparer le système de filtrage.

« Fermer le moins possible, c’est un acte de bonne gestion, défend Jean-Didier Berger, président de Vallée Sud Grand Paris et maire (LR) de Clamart. Mais dès qu’il y a le moindre souci d’hygiène ou de sécurité, la piscine est immédiatement fermée. Les consignes sont strictes, et les équipes très pros ». Pros, mais manifestement tracassées.

« Si on ne fait pas ce que le coordinateur dit, on nous change de piscine du jour au lendemain », assure un maître nageur qui, comme tous ses collègues, a souhaité garder l’anonymat. Or, c’est nous qui sommes garants du respect du plan d’organisation de la surveillance et des secours, et qui devons décider si on ouvre ou pas. Ceux qui sont en CDD ou vacataires n’osent rien dire. Et ceux qui sont titulaires sont dégoûtés ».

Amistosos lingûisticos intercambios Español / Frances

Es Usted Español  y vives en Fontenay? Tienes un nivel alto de principiante o intermedio de frances y quieres perfeccionarlo o intercambiar / discutir con personas francesas ? 

Vous habitez Fontenay et vous voulez améliorer votre niveau haut-débutant/ intermédiaire d’espagnol ou simplement échanger / discuter avec des hispaniques?

Ofrecemos organizar amistosos intercambios en un café de Fontenay, para hablar entre Franceses y Españoles.

Nous proposons d’organiser des rencontres conviviales, dans un café/brasserie à Fontenay, pour échanger entre Espagnol.e.s et Francais.e.s.

Envie un correo electronico a:  feb.far@outlook.fr , con su apellido, nombre y dirección de correo electronico.

Envoyez un courriel à: feb.far@outlook.fr , avec vos nom, prénom et adresse courriel.

Volveremos hacia usted / Nous reviendrons vers vous.

Hasta luego / A bientôt

FEB

Récit et remarques sur la « Faites » de la Propreté du samedi 13 Avril 2019 : nettoyage participatif et ateliers pédagogiques

Samedi 13 avril 2019, les Fontenaisiens ont été nombreux à participer au grand nettoyage dans les quartiers qui a permis de récolter 241 kg de déchets.

14 heures – 15 Heures 30 : grand nettoyage participatif avec les comités d’habitants

Dans chaque quartier, des membres des comités d’habitants, des élus et des Fontenaisiens ont participé à ce ramassage des déchets dans les rues.

Le trajet avait été défini par les Comités d’habitants.

Le nombre de participant a beaucoup augmenté par rapport à l’an dernier. Les écoles étaient informées ainsi que les scouts. Des tracts avaient été distribués par les Comités d’habitants.

Par exemple, pour le quartier Ormeaux-Renards (en 2018 et en 2019)

 

Crédit photos : Emmanuel Infanti

Quelques photos du ramassage

Même si les rues avaient l’air propres, on a trouvé des quantités de déchets, comme les mégots, des mouchoirs, des gobelets en plastique, des paquets de gâteaux, des sachets plastiques de compotes, des morceaux de verre, etc…

Les quantités ramassées ont été de 1 à 3 kg par personne. Au total, 241 kg.

Tous les groupes se sont rassemblés au Parc Ste Barbe pour une pesée globale et rendre le matériel (gants, sacs, pinces) fournis par la mairie.

Quelques remarques sur le ramassage :

  • Ce ramassage a eu lieu sur 1 heure et demi, mais il pourrait avoir lieu sur 2 heures puisqu’il faut retourner au Parc Ste Barbe.
  • Ce ramassage participatif pourrait avoir lieu plus souvent, à la demande de certains participants
  • Il a permis d’aller dans des endroits où il permet de repérer des accumulations de déchets, des encombrants, des vélos, motos abandonnées.

De 14 heures  à 18 heures  : Animations et ateliers pédagogiques et ludiques au Parc Sainte-Barbe :

- Atelier sur le recyclage de mégots par GreenMinded (association zéro-mégot) : http.www.greenminded.fr

- Stand sur « les règles pour bien composter » par Compostory: Ce stand était animé par Mr Jacques Fasquel, pionner du compost, formateur en prévention des déchets et mise en place de dispositifs de compostage. 

Il vient d’éditer un livre sur « Composter en ville » disponible actuellement chez Rustica.

Pour en savoir plus :  http://compostproximite.blogspot.fr/

- Sensibilisation au tri des déchets et au compostage par Vallée Sud-Grand Paris

- Distribution de compost et de broyat par le service des Espaces verts de la Ville.
- Animations du Syctom et Pik Pik : brico récup’
- Nos habitants s’engagent ! Ateliers et expositions de Fontenaisiens (atelier tri, exposition sur le cycle de l’eau…)
- Stand « vestiboutique » de la Croix-Rouge
- Présentation du concept de jardins partagés par l’association Nos potagers : Cette association fait aussi de l’échange de graines. E-mail : nospotagers.92260@gmail.com
16h30 : Projection-débat dans la salle de l’Eglise

Dans « Trois secondes pour la planète », Eric Brac de la Perrière (ancien directeur d’Eco-Emballages) lance un appel pour relancer la collecte et le tri en ville.

Lettre du Président du Département des Hauts de Seine (département Mobilités92) et notre réponse

Le 17 Novembre 2018, a été publié un article intitulé : « Que fait le Département des Hauts-de-Seine pour la circulation des vélos, à Fontenay ? », où a été évoquée la circulation des piétons et des vélos sur la Coulée Verte et aussi sur l’avenue Jean Moulin :

http://www.nouvellesdefontenay.fr/que-fait-le-departement-des-hauts-de-seine-pour-la-circulation-des-velos-a-fontenay/

Nous avions déjà eu une réponse de la Direction des Parcs, des Paysages et de l’Environnement que nous avons publié sur notre blog le 1 er Janvier 2019 : http://www.nouvellesdefontenay.fr/reponse-du-departement-sur-larticle-que-fait-le-departement-des-hauts-de-seine-pour-la-circulation-des-velos-a-fontenay/

Voilà le texte de la réponse du Président du Département (préparée par le service MOBILITES CD92) que vous pouvez télécharger : Réponse_Département_Mobilités_CD92 à M. Bresse

Voici le texte de notre réponse, associé avec FAR@vélo, et le CSTA (comité thématique sur la Circulation, le Stationnement, et les Transports Actifs)

Pour la Coulée Verte :

Vous dites dans votre lettre :
« Comme vous l’ont déjà indiqué mes services dans leur réponse à cet article, toutes les allées de la Promenade sont mixtes. Bien qu’il reste encore quelques panneaux dont l’enlèvement est prévu dans le cadre d’une refonte de la signalétique, il n’existe plus d’allées piétonnes ni d’allées cyclables.

Ce choix a été décidé suite au constat de la fréquentation mixte des anciennes allées piétonnes et cyclables, mais également après un accident, mortel entre deux cyclistes roulant trop vite sur une ancienne allée cyclable. Pour prévenir ce type de sinistre, des chicanes ou des ralentisseurs ont depuis été installés à chaque traversée de voirie afin de protéger les cyclistes qui réduisent ainsi leur vitesse.

Cette démarche a pour but de pacifier les différents usages sur la Promenade des Vallons de la Bièvre, les réclamations de promeneurs à l’encontre du comportement inadapté de certains cyclistes étant en nette augmentation. »

  •  Ce que l’on peut constater tous les jours, c’est que la circulation des piétons, vélos, électriques ou pas, n’est pas du tout pacifiée actuellement. Vu que le nombre de cyclistes est en forte augmentation, ce problème va s’accentuer dans les mois à venir.
  • Pour que la Coulée Verte redevienne un véritable lieu de promenade, il faut que la circulation des cyclistes domicile-travail ne passe plus par la Coulée Verte, mais emprunte les voies départementales,
  • Les cyclistes ne le font pas car il n’y a pas de piste cyclable sécurisée et continue entre les communes traversées. Il y a des zones où il n’y a pas de piste cyclable ou de bande cyclable, comme sur l’avenue Jean Moulin pourtant récemment aménagée, dans le sens vers le Sud, entre Fontenay et la gare de Robinson. Plus au nord, la D63 manque même toute forme de prise en compte du déplacement à vélo, même sur la rue Perrotin récemment rénovée. Aucun carrefour n’est sécurisé pour le déplacement à vélo comme ici, aux Pays-Bas : https://www.youtube.com/watch?v=FlApbxLz6pA. La personne à vélo est littéralement livrée au trafic motorisé, ce qui empêche la majorité des automobilistes de se mettre en selle.

Avenue Jean Moulin

Vous dites dans votre lettre :
« L’article du 17 novembre 2018 évoque aussi l’avenue Jean Moulin qui pourrait constituer une alternative à la Promenade des Vallons de la Bièvre pour les cyclistes. Vous regrettez que la récente requalification de cette voie ait permis la création d’une piste cyclable uniquement d’un côté et n’ait pas prévu l’insertion de bandes cyclables bilatérales.

Comme sur la plupart des voiries départementales, l’aménagement de bandes cyclables bilatérales sur l’avenue Jean Moulin aurait nécessité de renoncer à l’unique file de stationnement prévue dans le cadre de ce projet, dans un contexte où plusieurs bâtiments bordant la voirie ne disposent pas de parking en· sous-sol.

J’attire votre attention sur le fait que le Département n’est pas le seul décisionnaire du choix   d’aménagement dans   ce   type de projet, n’étant   pas  gestionnaire  du stationnement, et qu’une  concertation  est  systématiquement menée  avec les Maires  en tant qu’ils détiennent à la fois la police de stationnement et celle de la circulation. »

Nous avions fait un article complet pour faire le bilan après les travaux de l’avenue Jean Moulin : http://www.nouvellesdefontenay.fr/lamenagement-de-lavenue-jean-moulin-rd63-un-bilan/

  • Une réunion publique a bien eu lieu le 31 Mai 2017, avant les travaux. Le sujet du manque d’une piste ou bande cyclable côté pair a bien été évoquée, mais la réponse donnée à l’époque était de dire que compte-tenu de la présence des places de stationnement, il n’y avait plus la largeur suffisante pour mettre une piste ou une bande cyclable dans le sens Fontenay – gare de Robinson
  • Pourtant la coupe de l’avenue montre que compte-tenu de la largeur des trottoirs cela aurait été possible ou au moins une bande cyclable dans chaque sens. Car avec une largeur de 16m, si on déduit les trottoirs (2*1.40m min.), les voies (2*3m min.) et le stationnement (2m) il reste de la place pour deux pistes cyclables à grande capacité de 2.60m chacune.

 

 

 

 

 

 

 

Sur cette coupe, le coté pair, Fontenay vers gare de Robinson est à gauche.

  • Le fait de dire que sur cette avenue, plusieurs bâtiments bordant la voirie ne disposent pas de parking en· sous-sol, n’est pas suffisant, puisque justement sur cette avenue, il n’y a que des pavillons. Et pour les visiteurs, il y a de la place dans les rues avoisinantes.

Au vu de ces éléments, je me permets de vous demander pourquoi vous n’avez pas créé deux pistes cyclables sur un axe structurant si stratégique, et comment vous justifiez cette décision sachant qu’elle est illégale au regard de la loi LAURE (https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006074220&idArticle=LEGIARTI000006833430&dateTexte=20090518)?

Limitation de la vitesse sur l’avenue Jean Moulin

Vous dites dans votre lettre :
« Néanmoins, la Ville de Fontenay-aux-Roses, a fait le choix de limiter la vitesse à 30 km/h, y compris sur les voies départementales, ce qui devrait permettre en principe une cohabitation pacifiée entre les différents usagers de la chaussée. Aussi, je partage pleinement votre point de vue concernant les moyens à mettre en œuvre pour que cette limitation de vitesse soit respectée (radars pédagogiques, synchronisation des feux).

Je vous invite donc à vous rapprocher de Monsieur le Maire pour lui faire part de vos propositions et le solliciter au titre de son pouvoir de police, pour leur mise en œuvre. »

Les mesures faites par les Département, en 2016/2017, avec un radar pédagogique, avant les travaux, ont montré que plus de la moitié des automobilistes dépassent la limite de vitesse (30-40km/h) et que même plus d’un quart des automobilistes roulent à 40-50km/h.

Les travaux effectués, compte-tenu d’une bande de roulement en très bon état et sans vibration, sans aucun aménagement ralentisseur, les voitures roulent encore plus vite qu’avant.

D’autre part, des feux tricolores ont été installés sur le trajet, mais ils sont actuellement toujours au vert et ne passent au rouge que sur appel piéton. Or il y a très peu de piétons qui traversent l’avenue, du fait que c’est une zone pavillonnaire.

De plus, la cohabitation entre véhicules motorisés et vélos ne peut se concevoir en sécurité sur la même chaussée que si la vitesse est limitée ET le trafic faible (voir CEREMA http://voiriepourtous.cerema.fr/IMG/pdf/ch3-les_differents_concepts_types_d_amenagement_cle2b4761.pdf) , ce qui n’est pas le cas de la RD63 qui est un axe de transit (12000 véhicules/jour selon l’étude ITER)

Aussi, nos propositions sont-elles les suivantes :

- première priorité : se mettre en conformité avec la Loi LAURE en créant une piste cyclable côté ouest afin de permettre aux cyclistes d’emprunter cet axe structurant en sécurité, sachant que leur sécurité n’est actuellement pas assurée. Cet aménagement permettra surtout aux non cyclistes de se mettre en selle. Nous proposons la largeur disponible de 2.20m pour anticiper l’augmentation forte de transport à vélo, car aujourd’hui les cyclistes ne peuvent pas se dépasser.

- Remettre un ou des radars pédagogiques, qui ont prouvé son efficacité lors des mesures en 2016-2017

- Mettre en place des feux « pédagogiques » qui passent au rouge quand les voitures dépassent le 30 km/h, comme sur l’avenue Raymond Croland, mais avec des panneaux d’explication bien visibles ou au moins synchroniser les feux existants à une vitesse de 30 km/h

- Créer des plateaux traversants aux croisements pour inciter les automobilistes à ralentir.

Vos Conclusions

« Enfin, plus généralement, dans votre courriel, vous  indiquez  qu’aucune sécurisation  n’est prévue sur les RD 63 avenue Jeanne et Maurice Dolivet à Fontenay-aux-Roses et RD 63A avenue de la République à Châtillon où rien ne protège les cyclistes, et que tout incite les automobilistes à accélérer. Le Département peut tout à fait envisager des études d’aménagements cyclables sur ces axes mais cela nécessitera de supprimer des places de stationnement.

Je vous informe donc que je transmets une copie du présent courrier à Messieurs les Maires de ces deux Communes pour les sensibiliser à votre demande. »

Nous nous félicitons du fait que le Département peut tout à fait envisager des études d’aménagements cyclables et qu’il transmet une copie du présent courrier à Messieurs les Maires de ces deux Communes pour les sensibiliser à notre demande. Il faut en effet une coordination entre les Maires des différentes communes pour arriver à une continuité pour la circulation des cyclistes.

A Fontenay aux Roses, il existe un comité thématique sur la Circulation, le Stationnement, et les Transports Actifs (CSTA) : c’est son rôle avec l’adjoint au Maire, Mr Chambon,  responsable de la voirie et de l’espace public de prendre en charge le dossier.

Pour discuter de nos propositions et pour préparer une réunion avec les Mairies concernées, nous vous proposons un rendez-vous avec le CSTA et la Mairie de Fontenay-aux-Roses. Nous proposons d’inviter également le Collectif Vélo Île-de-France, qui travaille actuellement sur un Réseau Vélo Régional dont fera partie cet axe structurant et stratégique.

Dans l’attente de votre réponse, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de nos sentiments distingués.

Jean François BRESSE Animateur du Comité d’Habitants Ormeaux-Renards

Stein VAN OOSTEREN Animateur du comité thématique sur la Circulation, le Stationnement, et les Transports Actifs (CSTA), Président de l’association FAR@vélo

Hélène Chabanas-Maguin, Membre du CSTA

Association Fontenay Environnement et Transition (FET) : prochaine réunion Jeudi 18 avril

Jeudi 18 avril : prochaine réunion de Fontenay Environnement et Transition

Fontenay Environnement et Transition est une jeune association Fontenaisienne qui s’est donnée comme objectif d’ »agir ensemble pour un futur positif ».  Notre idée est que nous devons agir chacun dans notre quotidien mais que le collectif est essentiel pour initier un vrai changement et changer le cours des choses.

Dimanche dernier, à l’initiative de la FARigoule, l’AMAP de Fontenay, 25 Fontenaisiens, petits et grands (les grands sur la photo) ont construit ensemble des fresques du climat, pour comprendre l’impact des activités humaines sur le climat et les conséquences qui en découlent.

Cet atelier a permis d’aborder un sujet important, dans la bonne humeur, et nous a donné à tous envie d’agir pour faire évoluer les activités humaines et participer au mouvement nécessaire si on veut rompre le cercle infernal qui se met en place avec le climat, la pollution, le plastique etc.

Les projets qui émergent au sein de notre association ont pour objectif de nous reconnecter à la nature, de réfléchir à nos modes de consommation… avec des envies de jardins, de ruches, de repair café, de composts, d’atelier de fabrication de produits ménagers, cosmétiques, etc.

Si vous vous reconnaissez dans ces envies, si vous êtes attiré.e ou intéressé.e par l’un de ces projets, pour participer aux réflexions ou simplement «donner un coup de main », venez à notre prochaine réunion !

Nous réfléchirons ensemble pour définir comment donner de l’élan aux projets qui démarrent et comment donner vie à nos envies!

Prochaine réunion jeudi 18 avril
19h : accueil, papotage et grignotage
20h : début de la réunion

Lieu : à confirmer

Prenez contact par email : contact.fet@yahoo.com ou sur Facebook : https://www.facebook.com/fontenay.transition/ (page en cours de construction)

Dominique Dupuis, Co-présidente 

Problèmes de circulation des voitures en centre-ville : les automobilistes sont déboussolés !

Article de Michèle Vidal.

- la rue Boucicaut est réouverte à la circulation automobile mais au carrefour avec la rue qui longe la place devant la clinique vétérinaire, une surprise attend les automobilistes qui veulent se dégager par cette rue en cas d’embouteillage.ils peuvent tourner à droite, remonter la voie et là ils se retrouvent devant l’entrée du parvis du château Laboissière (anciennement en sens interdit de ce côté là) et avec un panneau de sens interdit sur la voie à gauche…..ils se débrouillent comme ils peuvent et arrivent avenue de Verdun. Ils n’ont d’autre choix que de redescendre vers la rue des Pierrelais, or l’ancien panneau « déviation » leur indique la rue Laboissière….qu’ils empruntent à contre sens et se retouvent rue Gaston Sansoulet toujours à contre sens ;

- l’avenue de Verdun devrait être rebaptisée Impasse de Verdun: les automobilistes qui arrivent de la rue des Pierrelais pour remonter vers le centre ville par l’avenue de Verdun ne sont pas avertis qu’ils pénètrent dans une impasse, ils se heurtent donc à un panneau de sens interdit au niveau de l’entrée du parking souterrain, puis à un  deuxième panneau sur une barrière accompagné d’un panneau de déviation pointant… vers la rue Laboissière qui, elle même, arbore son panneau rouge barré de blanc. Les automobilistes peuvent essayer de passer par le parvis du château Laboissière mais débouchent sur la rue de la clinique vétérinaire dans le sens interdit à la circulation ainsi que la voie entre la place de la mairie et le parvis du château elle aussi munie de son panneau rouge barré de blanc.

Que font-ils? Ceux qui croient Raymond Devos encore en vie tournent comme dans son fameux sketch , ceux qui ne connaissent pas Raymond Devos s’engagent dans la voie la plus proche pour se sortir de ce piège ;

Comme en témoignent les deux photos que j’ai prises lundi vers 20h00, ci-dessous

Merci à qui rétablira un peu de cohérence même durant les travaux…

Pour ma part je pense que la circulation a été rétablie trop tôt , aucune information claire et lisible n’est présente au carrefour Dolivet-Boucicaut,

D’autre part le carrefour Dolivet-Pierrelais est très encombré aux heures de pointe favorisant l’emprunt de la rue Boucicaut : grâce aux feux tricolores il est plus facile de tourner à gauche de la rue Antoine Petit vers la rue Boucicaut  qu’au carrefour Dolivet-Pierrelais où les voitures venant de l’avenue Dolivet  et tournant à gauche vers la rue des Pierrelais doivent céder le passage à celles qui viennent en sens inverse et qui elles même doivent laisser la priorité à la rue des Pierrelais à droite et qui sont arrêtées par les feux piétons devant le théâtre des sources…

De quoi alimenter la réflexion sur la circulation en centre ville en général et de la rue Boucicaut en particulier.

Gros accident rue Boucicaut le 28 Mars : un engin de chantier des travaux de la place de Gaulle heurte violemment un Food Truck : la vendeuse est blessée !

Le Jeudi 28 Mars un Food Truck était installé sur la partie actuellement piétonne de la rue Boucicaut, du fait des travaux de la rue place de Gaulle, au niveau du magasin « L’atelier des Fromages ».

Vers 16 H 15, un engin de chantier des travaux en faisant marche arrière sur cette partie piétonne, a heurté violemment le Food Truck.

La vendeuse a été brulée au 2 ème degré, blessée avec beaucoup de contusions et de plaies. Il a fallu faire appel aux pompiers. 

=> Que faisait cet engin de chantier dans cette partie piétonne de la rue Boucicaut, en dehors de la zone de travaux ?